Critique : Tome 45 - Empire romain

Critique : Tome 45 - Empire romain


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

L'un des plus grands commandants militaires de l'histoire, la victoire la plus célèbre de Jules César - la conquête de la Gaule - n'était pour lui qu'un tremplin vers le pouvoir. Général audacieux et décisif, ses victoires sur les Gaulois lui permettent de briguer la direction politique de Rome. Menant une seule légion à travers le Rubicon en 49 avant JC, César a lancé une guerre civile qui mettrait fin à la République romaine et inaugurerait l'Empire romain, avec César à sa tête. Cet examen de la vie du grand général couvre ses grandes victoires et quelques défaites, en regardant les facteurs qui se cachent derrière son génie militaire.

Après avoir survécu aux périls d'un voyage à travers la moitié du monde, Romulus et Tarquinius sont regroupés dans les légions, qui sont sous la menace imminente d'anéantissement par les Égyptiens. Pendant ce temps à Rome, la sœur jumelle de Romulus, Fabiola, vit dans la peur pour sa vie, aimée de Brutus, mais courtisée par Marcus Antonius, son ennemi mortel. Peu de temps après, Romulus se bat à Zela, la bataille vicieuse où César a dit : « Veni, vidi, vici ». Tarquinius, séparé de Romulus dans le chaos de la guerre, se cache à Alexandrie, à la recherche de conseils. Mais un danger mortel les attend tous les deux. Des champs de bataille d'Asie Mineure et d'Afrique du Nord, aux rues anarchiques de Rome et à l'arène des gladiateurs, ils affrontent la mort quotidiennement, jusqu'aux Ides de mars, les jumeaux sont réunis et doivent décider de soutenir ou de trahir César le jour de sa venue. du destin.


Votre interprétation de Daniel 11 :36-45, selon laquelle il s'agit de Rome et de l'Égypte est problématique.

J'ai lu votre livre "Daniel: A Prophet to the Nations" et j'ai été très inspiré et bouleversé par les prophéties très spécifiques. Je suis reconnaissant de la façon dont Dieu vous utilise pour révéler sa parole aux autres. Qu'il suffise donc de dire que même si j'ai un problème avec votre réponse à Daniel 11 :36-45, ma foi est encore assez forte concernant presque tout le reste du livre. Mon premier problème est que vous dites que le roi du Nord est sans aucun doute Rome alors qu'il semble que toutes les références à un roi d'avance dans le se réfèrent à des rois précis. Et puis vous ne faites vraiment référence qu'à Octavian, alors je pensais, “Oh ok, eh bien Octavian doit être le roi pas Rome lui-même.” Mais cela devient un problème dans la dernière écriture où il est dit, “Pourtant, il viendra à une fin sans personne pour l'aider. Mais je n'ai pu trouver aucune preuve qu'Auguste ait pris fin sans personne pour l'aider sur le chemin du retour pour défendre Rome contre les Parthes. Mais si vous dites que c'est Rome, vous pouvez avancer de quelques centaines d'années et dire que la prophétie est accomplie, ce qui semble être une interprétation pratique. Peut-être que je comprends mal quelque chose, mais il semble presque que vous évitez ces questions qui me semblent quelque peu évidentes. Ainsi, alors que le reste du commentaire sur les prophéties semble très précis, celui-ci me laisse quelque doute. Il semble qu'il y ait de petites choses qui ne rentrent pas tout à fait dans votre explication.

J'ai un peu retardé celui-ci car la réponse est un peu difficile à expliquer. Je ferai de mon mieux.

Avec Daniel 11:36-45, j'ai beaucoup réfléchi à ce passage et il y a plusieurs raisons pour lesquelles j'interprète cela comme une prédiction de la fin des royaumes grecs sous Rome. Tout d'abord, il y a le fait que Daniel 11:36 et 11:40 décrivent cela comme le temps de la fin des rois grecs. Bien sûr, cela ne dit pas littéralement cela, car Daniel ne dit généralement pas les choses de cette façon, mais c'est la fin du jugement sur les rois du Nord et du Sud dans la prophétie. C'est clair. Le fait historique est que la dernière des dynasties grecques était les Ptolémées et sa fin factuelle dans le temps était Actium et la mort de Cléopâtre. Deuxièmement, comme je le dis dans mon livre, la description du roi du Nord dans cette section est, par coïncidence, tout à fait appropriée à Rome, avec sa dépendance à l'égard de dieux étrangers, le dieu des forteresses et ainsi de suite. Je ne connais aucun empire ancien qui corresponde mieux à cette description. Troisièmement, il y a les circonstances réelles, avec la prise de l'Égypte, le rapport de l'Est et le mouvement du général à travers la Terre promise. Tous ces détails sont en accord remarquable avec l'histoire connue des événements autour de la bataille d'Actium et de la défaite de Marc Antoine et Cléopâtre.

Votre question est néanmoins bonne. Le fait est, cependant, que le modèle à travers les visions de Daniel est qu'il décrit une nation et le roi de cette nation comme s'ils étaient un seul et même. Par exemple, dans Daniel 2, il décrit quatre nations d'or, d'argent, de bronze et de fer. Puis il dit à Nabuchodonosor que “tu es la tête d'or.” (Daniel 2:38) Est la tête Babylone ou est la tête Nabuchodonosor. La réponse est les deux ! En cas de doute, après qu'il ait dit "tu es la tête d'or", il continue en disant qu'après toi un autre royaume s'élèvera (Daniel 2:39) Voici l'utilisation de "vous" pour signifier son royaume. Daniel utilise Nabuchodonosor et Babylone de manière interchangeable.

Il y a plusieurs exemples de cela chez Daniel. Dans Daniel 7, le onzième roi/corne est clairement Domitien. Pourtant, vers la fin du chapitre, à partir de 7:26, la onzième corne s'est métaphoriquement transformée en rois romains en général et en leur persécution des saints en général. De même, dans Daniel 8, il fait quelque chose de similaire à ce qui est dans Daniel 2 et 11. Ici, la chèvre avec une corne proéminente est clairement Alexandre le Grand, mais plus tard dans le même chapitre, la chèvre est transformée dans les dynasties grecques. L'imagerie change d'Alexandre aux dynasties qui lui ont succédé.

Ce modèle semble se poursuivre dans Daniel 11. Ici, le roi du Nord est Rome et c'est l'instrument de Rome Octave. “He” en 11:36 et 11:37, 39 semble être une description générale de Rome, et non spécifique à Octavian/Augustus. Pourtant, quand nous arrivons au roi du Nord dans Daniel 11:40, cela pourrait représenter Rome en général, comme Rome a affronté l'Égypte, mais il semble plus probable qu'il s'agisse spécifiquement d'Octave.

Vous faites remarquer que Daniel 11:45, "Pourtant, il arrivera à sa fin, et personne ne l'aidera" ne peut pas être une référence à Octavian. Bien sûr, Octavian est finalement mort et personne ne pouvait l'aider à éviter cela, mais je suis d'accord avec vous que cela semble être une description de la fin de Rome le persécuteur, pas d'Octave. Encore une fois, cependant, cela semble être le modèle de Daniel en général. Par exemple, dans Daniel 7 la onzième corne est Domitien, mais alors à la toute fin de l'interprétation du rêve, l'application se métamorphose en une description de la fin, non pas de Domitien, mais de Rome en tant que persécuteur de l'église.

Je suis d'accord que d'un point de vue occidental linéaire, c'est un peu étrange, mais cela semble être le modèle avec Daniel. C'est "logique" dans son style d'écriture et il se trouve que cela correspond à la fois aux prophéties elles-mêmes et aux faits de l'histoire. Donc, je maintiens mon interprétation, mais je comprends certainement que tout le monde ne sera pas d'accord avec moi. Je suis complètement à l'aise avec ça.

Mon interprétation est-elle quelque peu “pratique” ? Je serais d'accord avec cette évaluation. L'assignation de Rome contre l'Egypte/Octavian contre Marc Antoine et Cléopâtre à Daniel 11:36-45 est-elle moins certaine que Rome pour Daniel 7 et Antiochus Epiphane pour Daniel 8 et 11:21-35. Absolument oui. Néanmoins, je crois que l'image générale et l'image spécifique sont cohérentes avec l'époque de la fin des royaumes grecs sous Rome et Auguste, donc je m'en tiens à cela. Je n'ai jamais vu d'autre interprétation qui se rapproche à la fois du style de ce que fait Daniel et des faits de l'histoire.


Guerre romaine, navires et médecine

Des articles précédents décrivent le développement, de la préhistoire aux anciens Égyptiens et Grecs, d'un cycle au cours duquel l'augmentation du commerce nécessitait des navires plus grands et plus efficaces pour transporter des marchandises et de meilleures armes pour les défendre ou les attaquer, ce qui facilitait à son tour de nouvelles opportunités commerciales. 12 Cependant, ce n'est qu'au XVIIIe siècle que la médecine occidentale s'est suffisamment développée pour que son rôle de facilitateur de ce cycle soit reconnu, qui, entre autres développements, a rendu possible la colonisation européenne de l'Australie. 3

Alors que les développements techniques des armes, des navires et de la médecine entraînés par ce cycle se sont souvent développés indépendamment dans plusieurs régions du monde, ils sont restés étroitement liés tout au long de l'histoire occidentale en particulier. Cet article décrit les développements techniques et autres de la guerre romaine, des navires et de la médecine, depuis sa fondation en c. 800 avant notre ère jusqu'à sa disparition en Europe occidentale en c. 500 CE.

Guerre romaine

Les articles précédents décrivent comment la portée de la guerre préhistorique était limitée par les approvisionnements et les structures sociales qui la soutenaient, et par l'absence de motifs de conflit. Les progrès des armes et leur utilisation au cours des 2000 ans après 4000 avant notre ère ont été rendus possibles par des développements sociétaux qui pouvaient soutenir des armées constituées et – pour le meilleur et pour le pire – leur fournir les moyens et les motifs de se battre.

En ce qui concerne ces derniers, les Romains croyaient absolument à défendre leur supériorité culturelle perçue et à l'imposer aux autres. La guerre a également donné du prestige à la classe dirigeante, dont la progression de carrière est venue d'efforts militaires réussis. Ainsi, tout au long de son histoire, Rome était habituellement soit en guerre, soit se préparait à une guerre. 4

Les attributs sociétaux soutenant ces motivations comprenaient un vaste bassin de recrues potentielles et une armée innovante et disciplinée, avec une structure de commandement centralisée et le soutien logistique et technique le plus robuste de l'époque. Les Romains ont également utilisé une diplomatie efficace grâce à un réseau d'alliés et une approche inclusive des peuples conquis. Ces attributs ont créé des synergies, grâce auxquelles les routes et les bases qui soutenaient les armées romaines ont également favorisé leur influence et leur pouvoir parmi leurs anciens adversaires qui étaient sous leur domination. 5

Inversement, l'effondrement progressif des institutions sociétales des Romains à partir de 200 de notre ère a rendu leurs armées insoutenables. Les luttes de pouvoir qui ont régulièrement conduit au meurtre de l'empereur au pouvoir ont entraîné une dégradation de la monnaie, une hyperinflation et une dépression économique, ainsi que des troubles civils, des mutineries, des guerres civiles et des invasions extérieures. À ceux-ci peuvent être ajoutés la pandémie de « Peste de Cyprien » (250-270 de notre ère), qui a tué deux empereurs et à un moment donné jusqu'à 5000 personnes par jour à Rome même. Ces calamités ont conduit à la disparition de l'Empire romain d'Occident en 476 EC, laissant l'Empire oriental ou byzantin continuer jusqu'à ce que sa capitale Byzance (Istanbul moderne) tombe aux mains des Turcs ottomans en 1453 EC. 6

Les armées romaines monarchiques et républicaines ont utilisé la formation de la phalange grecque jusqu'à c. 300 avant notre ère lorsque leur plus grande unité est devenue la légion, composée de 4 200 fantassins lourds divisés en 30 divisions ou manipule. Chaque légion était soutenue par 800 à 1200 fantassins légers (vélites), souvent des alliés de Rome, et 300 cavaliers. 7

Au combat, le manipule déployé en trois lignes dans une formation en damier (quincunx), avec le plus jeune en tête, suivi par les principes plus aguerris et le vétéran triarii derrière. Cela a permis à chaque rangée avant de se battre au corps à corps, puis de se retirer derrière la troisième ligne tandis que la seconde avançait pour prendre son tour. Cette tactique a gardé des hommes frais et reposés en action contre des adversaires de plus en plus fatigués jusqu'à ce que ces derniers se brisent. Pendant ce temps, le vélites et la cavalerie formaient un écran protecteur pour le manipule tout en harcelant l'ennemi par les flancs. 8

À partir de 100 avant notre ère, les légions romaines ont été réorganisées en 10 cohortes de 400 à 500 fantassins lourds, chacune comptant six siècles d'environ 80 hommes. Ceux-ci ont continué à fournir leurs propres armes et armures jusqu'à ce que la première armée romaine permanente et entièrement professionnelle avec une structure centrale de commandement et de logistique soit formée en 31 avant notre ère. Cela a été suivi en 6 CE par un trésor militaire dédié (aerarium militare), qui a été financé par les impôts et comprenait un système de retraite. 9

Chaque soldat impérial romain a reçu un casque de bronze (galea) avec des protège-nuque et des joues, et une nervure renforcée sur le front pour protéger contre les entailles vers le bas. Leur lorica segmentata, une armure segmentée de fer pesant environ 9 kg, offrait une bonne protection pour la poitrine et les épaules contre les lances, les missiles et les épées. Ils étaient armés d'un ou deux javelots (pile), qu'ils lançaient avant de s'engager dans un combat au corps à corps. Chaque pilum Le fer de lance avait une longue tige en fer doux qui se pliait à l'impact, ce qui les rendait plus difficiles à retirer des boucliers des adversaires et les rendait inutiles pour le renvoi. Chaque soldat a ensuite utilisé son bras et son épaule gauche pour verrouiller son scutum, un lourd (

10 kg) bouclier rectangulaire incurvé, et ont chargé leurs adversaires de les renverser et de les poignarder, dans une forme très sanglante de «contrôle des foules inversé». Ils se sont ensuite agenouillés derrière leur scutae et les poussa en avant ensemble, tout en utilisant leurs courtes épées à double tranchant (glaive) dans leur main droite pour trancher et pousser. dix

Infanterie romaine de manipules, post 275 BCE.11 De gauche à droite : hastati, velites, triarii et principes.

Légionnaire romain impérial, après 31 BCE.12 De gauche à droite, notez le pilum, le gladius, la galea et le lorica segmentata et le scutum. Son équipement posait clairement problème lors des combats en mer, même s'il savait nager.

Réplique d'un casque romain impérial, après 31 avant notre ère.13 Notez l'arcade sourcilière et les protège-joues et nuque.

Fer de lance pilum d'origine.14 Notez le manche déformé.

Scutum original, 200-300 CE, trouvé en 13 pièces à Dura Europos dans la Syrie moderne.15 Notez la poignée de transport horizontale, qui était à l'origine recouverte d'une plaque de métal ou d'un « boss ».

Glaive et fourreau originaux appartenant à un officier de Tibère, le deuxième empereur de Rome (42 BCE-37 CE)16

Formation de testudo (tortue) romaine reconstituée, généralement utilisée pour attaquer des positions fortifiées.17 Notez les boucliers levés au-dessus de chaque rang pour protéger celui qui se trouve devant.

Navires romains

Bien qu'ils aient utilisé des navires de guerre pour lutter contre la piraterie depuis 400 avant notre ère, les Romains n'ont pas développé de marine avant les guerres puniques contre Carthage (Tunis moderne) de 264 à 146 avant notre ère. Le contrôle des Carthaginois sur la mer entre la Tunisie et la Sicile leur a permis de dominer le commerce maritime dans toute la Méditerranée. Outre les différends commerciaux qui s'ensuivirent, leur puissance maritime militaire mettait en danger la puissance terrestre romaine, en menaçant les approvisionnements en céréales de Sicile et d'Égypte qui nourrissaient le Romain moyen (civil et soldat). 18

Les premiers navires de guerre romains étaient peu différents des anciennes galères grecques de trirème. Ceux-ci avaient des voiles pour les longs voyages tandis que pour les batailles en mer, leurs mâts et leurs voiles étaient laissés à terre et le navire était ramé par jusqu'à 170 rameurs disposés en trois niveaux ou «bancs». Leur vitesse et leur endurance sous les rames étaient limitées par la force et l'endurance des rameurs, tandis que le stockage limité de nourriture et d'eau et l'incapacité de cuisiner ou même de dormir en mer signifiaient que les navires étaient échoués à terre chaque nuit. Leur tactique principale consistait initialement à balayer de près vers l'intérieur pour écraser les rames de leurs adversaires et blesser les rameurs, les rendant ainsi susceptibles d'être coulés par éperonnage. Alternativement, leurs soldats embarqués comprenant jusqu'à 14 archers et hoplites ont été utilisés pour tirer sur les équipages de leurs adversaires avant de s'attaquer et d'aborder. Alors que leur incapacité à ramer et à combattre simultanément signifiait que les rameurs n'étaient pas censés s'engager dans des combats en mer, ils agissaient toujours comme infanterie légère à terre. Les rameurs étaient recrutés localement dans les classes les plus pauvres, mais comprenaient également des prisonniers de guerre et des esclaves. 19

Cependant, le navire de guerre le plus couramment utilisé par les Carthaginois et les Romains est devenu la galère quinquereme. Ceux-ci avaient encore trois rangées de rames, mais avec deux rameurs par rame pour les deux rives supérieures. L'augmentation de 170 à 300 rameurs a fourni une puissance motrice supplémentaire, non seulement pour l'éperonnage mais pour transporter jusqu'à 120 plutôt que 14 soldats pour faire en mer ce que les Romains craignaient à terre : combattre au corps à corps. L'espace supplémentaire et la capacité de charge utile du quinquereme ont également permis l'emport d'armes d'artillerie à torsion montées sur le pont telles que baliste et des catapultes. 20

Les Romains ont encore extrapolé la guerre terrestre à la mer, en montant des tours sur leurs galères à partir desquelles les archers tiraient des flèches régulières et à feu. Une autre innovation était la corvus ("corbeau"), une passerelle d'embarquement avec une grande pointe de fer à l'extrémité qui a pénétré le pont d'un adversaire lors de sa chute, pour empêcher leur évasion et permettre l'embarquement. Les corvus a été remplacé à partir de 36 avant notre ère par le beaucoup plus léger harpax, un grappin lancé par catapulte qui pourrait être treuillé pour entraîner les adversaires à côté. 21

Suite à la victoire navale d'Octave (futur empereur Auguste) sur Antoine et Cléopâtre en 31 av. navires plus petits et plus légers. Il s'agit notamment de la navigation liburne, qui avait une seule rangée de rames avec deux rameurs par rame, et le navis lusorie pour les opérations fluviales. 22

À cette fin, Octavian a établi la classis Ravennatium à Ravenne dans le nord de l'Adriatique, et la classis Misenatium près de Naples moderne. Des bases supplémentaires ont été établies à Alexandrie, Antioche, Rhodes, Sicile, Libye et Grande-Bretagne, tandis qu'une flotte supplémentaire opérait sur le Rhin et deux autres sur le Danube. Au cours des quatre siècles suivants, ces flottes ont permis à Rome de répondre rapidement aux menaces militaires et de maintenir le ravitaillement de l'armée dans ses différentes campagnes jusqu'à ce que l'effondrement progressif de ses institutions sociétales à partir de 200 de notre ère les rende également insoutenables. 23

Rmarchand de corbita d'oman, 100-400 CE.24 Ces navires étaient utilisés pour transporter jusqu'à 400 tonnes de céréales chacun, d'Égypte et de Sicile pour nourrir Rome elle-même.

Trirème romaine, 218-201 avant notre ère.25 Notez le corvus à l'avant et la tour de tir à l'arc à l'arrière.

Quadrème romain (birème avec deux rameurs par rame), ch.260 BCE.26 Notez la construction globale plus lourde par rapport à la trirème, le corvus à l'avant et la tour de tir à l'arc à l'arrière. Les quinquerèmes étaient similaires mais avec cinq rameurs pour trois rangées de rames.

Coupe transversale, quinquerème romain, ch. 260 BCE.27 Notez la disposition des rameurs (en particulier le manque de franc-bord) et la quantité d'espace sur le pont supérieur pour les troupes et les armes d'artillerie.

Baliste montée sur le pont et projectile harpax utilisé pour le grappin, v. 31 BCE28 Une version plus petite de la baliste (scorpion) a été utilisée comme arme antipersonnel.

liburne romaine, ch. 150 CE, utilisé pour les opérations d'escorte de convois de navires céréaliers et de lutte contre la piraterie29.
arc en forme de bélier.

Vue vers l'avant, réplique navis lusoria romain, c. 300 CE, Mayence Museum Allemagne.30 Utilisé sur le Rhin comme transport de troupes. Notez l'arc faux bélier.

Vue de quartier, réplique de navis lusoria romain, c. 300 CE, Musée de Mayence Allemagne.31

Médecine romaine

La médecine traditionnelle romaine était à l'origine administrée par le chef de chaque famille (pater familias), en utilisant de l'eau et du vin combinés à des massages, des bains et des exercices doux. Cela contrastait avec l'approche grecque un peu plus robuste, dont l'influence à Rome a commencé par une série d'épidémies qui ont conduit à la construction du temple d'Apollon en 430 avant notre ère, suivie de l'adoration de son fils Asclépios, le demi-dieu de la guérison, à partir de 292. AEC. Le premier médecin grec connu à Rome était Archagathe de Sparte en 219 avant notre ère, spécialisé dans les blessures de guerre et la dermatologie. 32

Cependant, les Romains ont rapidement développé leurs ancêtres médicaux grecs, même si parfois avec un effet thérapeutique réel limité. Bien qu'il ne soit pas clair s'il pratiquait lui-même la médecine, Aulus Cornelius Celsus (c. 25 BCE-50 CE) a écrit une encyclopédie, dont seul le septième volume De Medicina survit. En plus de déplorer la pratique de la médecine à des fins financières, Celsus a été le premier écrivain à faire la distinction entre les « empiristes », qui pensaient que des connaissances médicales fiables devaient être fondées sur des observations réelles de problèmes de santé et de résultats de traitement, et « la dogmatique », qui a insisté sur le fait que cela dépendait de la compréhension des causes sous-jacentes et des mécanismes qui expliquent le fonctionnement des traitements. 33

Celsus fut aussi le premier auteur gréco-romain à traiter systématiquement d'ophtalmologie et de chirurgie oculoplastique. Alors qu'il croyait que la diététique était la branche la plus importante de la médecine, il a moins utilement divisé la nourriture en celle qui refroidissait le patient (par exemple la laitue, le concombre, les cerises et le vinaigre) et celle qui procurait de la chaleur (par exemple, le poivre, le sel, les oignons et le vin). Il préconisait également de manger des serpents pour traiter les abcès et croyait que boire le sang d'un gladiateur tué guérissait l'épilepsie. 34

Scribonius Largus (c. 1-50 CE) était un médecin de l'empereur Claudius, lors de la visite de ce dernier en Grande-Bretagne en 43 CE. Comme d'autres auteurs, il a utilisé des termes grecs pour la médecine et les plantes et a soutenu le serment d'Hippocrate. Ses Compositions contenaient 271 remèdes, dont un baume pour l'arthrite, l'utilisation du trèfle contre les morsures de serpent et le sang de tortues ou de colombes (plutôt que de gladiateurs) pour l'épilepsie. Il a également indiqué que les médecins doivent aider même les ennemis au mieux de leurs capacités. 35

Le travail le plus influent sur les médicaments, cependant, était le De Materia Medica en cinq volumes, qui a été écrit par Dioscurides d'Anazarbus (Turquie moderne) en c. 50-70 CE, et est resté en usage pendant les 1700 prochaines années. Dioscurides a décrit plus de 600 remèdes à base de plantes et de plantes, tels que le jus de pavot et le crocus d'automne qui contiennent respectivement de la morphine et de la colchicine. Un peu moins utilement, il décrit également les propriétés utiles de pierres spécifiques si elles sont portées comme des amulettes. 36

Les écrits de Soranus d'Éphèse (c. 60-130 CE) sur l'obstétrique, la gynécologie et la pédiatrie sont également restés en usage pendant 1700 ans. Ses conseils aux sages-femmes et aux nourrices de sa gynécologie indiquaient qu'elles devaient être instruites, sobres, discrètes, connaître à la fois la théorie et la pratique et ne pas être influencées par la superstition. Cependant, ce dernier conseil a été quelque peu infirmé par Soranus réitérant la croyance commune selon laquelle la grossesse était évitable en retenant sa respiration pendant les rapports sexuels ou en éternuant peu de temps après. 37

Bien que les chirurgiens les plus importants aient été Heliodorus (c. 60-140 CE) et Antyllus (c. 150 CE), très peu de leur travail écrit survit. Comme d'autres cultures anciennes, outre le souci du confort du patient et l'acceptation de la futilité de causer davantage de douleur lorsque la récupération était peu probable, les risques de la chirurgie signifiaient qu'elle n'était généralement utilisée qu'en dernier recours. Alors que la plupart des interventions chirurgicales étaient donc de portée mineure, le développement d'instruments spécialisés a facilité des opérations plus sophistiquées telles que l'ablation de la cataracte, le drainage des fluides, la trépanation et l'inversion de la circoncision. Les pansements étaient constitués de bandages ou d'éponges de lin maintenus secs ou humides, ces derniers utilisant du vin, de l'huile, du vinaigre ou de l'eau recouverts de feuilles fraîches. Les blessures étaient cousues avec du lin, du fil de lin ou des épingles en métal. 38

Le médecin romain le plus influent reste Claudius Galenus, ou Galien de Pergame (129-c.216 CE). Il a étudié à Smyrne et à Alexandrie et a travaillé dans une école de gladiateurs avant de devenir un écrivain prolifique de traités médicaux qui ont été traduits dans de nombreuses autres langues. Galien était un favori de plusieurs empereurs romains, et a même affirmé que Septime Sévère avait dit de lui après avoir résolu un problème d'estomac, "nous avons un médecin, et c'est un gentleman accompli". 39

Bien que Galien ait acquis des connaissances anatomiques considérables en traitant des gladiateurs blessés, une interdiction de la dissection de cadavres humains de c. 250 avant notre ère jusqu'après 1300 CE signifiait que ses recherches se limitaient par ailleurs à vivisecter les singes et les cochons de Barbarie. Il a déterminé quelles racines nerveuses de la colonne vertébrale contrôlaient quels organes et muscles en les coupant ou en les stimulant, et a découvert que ce sont les reins et non la vessie qui produisent l'urine, en clampant les uretères des singes vivants et en regardant les reins gonfler. 40

Cependant, Galien s'est trompé sur le rôle des veines en ce qui concerne le retour du sang au cœur, tandis qu'une mauvaise compréhension de ses écrits concernant la nécessité de drainer les abcès a conduit à croire que le «pus louable» était un signe positif de cicatrisation. En outre, il a également soutenu le corpus hippocratique grec concernant l'idée que la maladie était causée par des déséquilibres des quatre fluides corporels (ou humeurs) que sont le flegme, la bile jaune, la bile noire et le sang. Cette idée était associée aux quatre qualités de chaleur, froid, humide et sec, qui sous-tendaient tous les traitements en Europe occidentale pour les 1600 prochaines années. Entre autres lacunes, cette théorie de la maladie a conduit à l'utilisation de la saignée comme traitement et à l'idée que des maladies telles que le paludisme étaient causées par le mauvais air provenant de matières animales et végétales en décomposition. 41

Les affections les plus courantes présentées aux médecins romains étaient les troubles de la peau, de la digestion et de la fertilité, les fractures, la goutte (podagra), la dépression (mélancolie), l'hydropisie ou la rétention d'eau (leucophlegmasie) et l'épilepsie (comitial). Ils savaient que les blessures pénétrantes à la tête, à la poitrine et à l'abdomen étaient généralement mortelles et protégeaient leur réputation médicale en évitant de tels cas. Cela met en évidence la pertinence du conseil de Celsus selon lequel la pointe du nez, les tempes et les yeux enfoncés, les oreilles froides et la peau du front tendue et dure indiquaient la mort imminente d'un patient. 42

Les soins de santé pour les soldats romains étaient principalement limités aux soins personnels et à l'aide des copains jusqu'après 31 avant notre ère. Ils avaient leurs propres bandages - au moins une fois, ils les ont utilisés sur des membres indemnes pour éviter la bataille. Une grande dépendance a également été accordée à l'assistance civile, en particulier aux pater familias. Sinon, les assistants médicaux romains sur le champ de bataille faisaient partie de la suite du commandant. 43

La mise en place d'une armée romaine permanente a conduit à l'exemption des premiers soldats des devoirs non médicaux. Ces milites medici comprenaient un medicus legionis qui a été nommé à chaque légion, tandis que medici cohora ont été affectés à des cohortes. Les Romains ont également développé valetudinaria ou des hôpitaux de campagne sous tente pouvant accueillir jusqu'à 200 malades et blessés, sous la responsabilité d'un medicus castrensis ou castrorum. En 100 CE, le mobile valetudinaria avait conduit à des hôpitaux militaires fixes. Pendant ce temps, les deux flottes établies par Augustus étaient pourvues de médecins, et chaque trirème avait probablement un medicus triremis, tandis que les plus gros navires peuvent avoir transporté plus. Cependant, les milites medici romaines n'ont jamais été formées en un corps médical distinct, mais ont fonctionné indépendamment les unes des autres dans le cadre de leur unité assignée, qui a perduré dans les armées anglaises (et plus tard britanniques) jusqu'aux années 1870. 44

Fresque du héros troyen (plus tard romain) Énée recevant un traitement pour une blessure à la jambe (peut-être le retrait d'une pointe de flèche), Pompéi (détruit en 79 après JC).45

Victimes de batailles romaines, guerres daces (Roumanie moderne), 101-106 EC.46 À gauche, un légionnaire est assisté d'un autre (derrière), tandis qu'un medicus en tenue auxiliaire tient son bras. A droite, un auxiliaire se fait bander la cuisse droite par un autre medicus debout devant au centre.


Chiffre romain

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

chiffre romain, l'un des symboles utilisés dans un système de notation numérique basé sur l'ancien système romain. Les symboles sont I, V, X, L, C, D et M, représentant respectivement 1, 5, 10, 50, 100, 500 et 1 000 dans le système de numération hindou-arabe. Un symbole placé après un autre de valeur égale ou supérieure ajoute sa valeur, par exemple II = 2 et LX = 60. Un symbole placé avant un symbole de valeur supérieure soustrait sa valeur, par exemple IV = 4, XL = 40 et CD = 400. A barre placée sur un nombre multiplie sa valeur par 1 000.

Que sont les chiffres romains ?

Les chiffres romains sont les symboles utilisés dans un système de notation numérique basé sur l'ancien système romain. Les symboles sont I, V, X, L, C, D et M, représentant respectivement 1, 5, 10, 50, 100, 500 et 1 000.

A quoi servent les chiffres romains aujourd'hui ?

Des exemples d'utilisation des chiffres romains aujourd'hui incluent la dénotation des chapitres de livres, le titre du Super Bowl de la Ligue nationale de football de chaque année ainsi que les titres des Jeux olympiques d'été et d'hiver, et le marquage des heures sur les cadrans d'horloge.

Comment fonctionnent les chiffres romains ?

Dans le système de chiffres romains, les symboles I, V, X, L, C, D et M représentent respectivement 1, 5, 10, 50, 100, 500 et 1 000 dans le système de chiffres hindou-arabe. Un symbole placé après un autre de valeur égale ou supérieure ajoute sa valeur. Un symbole placé avant un de plus grande valeur soustrait sa valeur. Une barre placée sur un nombre multiplie sa valeur par 1 000.

D'où viennent les chiffres romains ?

Comme dans toutes ces questions, l'origine du système de numération romaine de notation numérique est obscure, bien que les changements dans leurs formes depuis le 3ème siècle avant notre ère soient bien connus. Les chiffres romains ont probablement été développés en raison du besoin d'une méthode de comptage commune afin de mieux conduire le commerce.

Est-il encore important d'apprendre les chiffres romains ?

Malgré l'impossibilité d'utiliser les chiffres romains pour les calculs mathématiques, ce qui a conduit à l'utilisation généralisée du système de numération hindou-arabe que nous connaissons aujourd'hui, certaines personnes soutiennent encore l'importance d'enseigner les chiffres romains dans les écoles. Les partisans croient que les chiffres romains ont une pertinence culturelle durable, comme en témoigne leur utilisation continue dans les titres d'événements sportifs et les chapitres de livres. Apprendre encore plus.


Culture

Routes commerciales nabatéennes / Wikimedia Commons

De nombreux exemples de graffitis et d'inscriptions - en grande partie des noms et des salutations - documentent la région de la culture nabatéenne, qui s'étendait aussi loin au nord que l'extrémité nord de la mer Morte, et témoignent d'une alphabétisation généralisée, mais à l'exception de quelques lettres [20] aucun nabatéen la littérature a survécu, et aucun n'a été noté dans l'antiquité. [21][22][23] L'analyse onomastique a suggéré [24] que la culture nabatéenne peut avoir eu de multiples influences. Les références classiques aux Nabatéens commencent par Diodorus Siculus, elles suggèrent que les routes commerciales des Nabatéens et les origines de leurs marchandises étaient considérées comme des secrets commerciaux et déguisées en récits qui auraient dû fatiguer la crédulité des étrangers. Diodorus Siculus (livre II) les a décrits comme une tribu forte d'environ 10 000 guerriers, prééminente parmi les nomades d'Arabie, évitant l'agriculture, les maisons fixes et l'utilisation du vin, mais ajoutant aux activités pastorales un commerce lucratif avec les ports maritimes en encens, de la myrrhe et des épices d'Arabie Félix (aujourd'hui Yémen), ainsi qu'un commerce avec l'Egypte de bitume de la mer Morte. Leur pays aride était leur meilleure sauvegarde, car les citernes en forme de bouteilles d'eau de pluie qu'ils creusaient dans le sol rocheux ou argileux étaient soigneusement dissimulées aux envahisseurs. [25]

Ibn Sayyar al-Warraq’s Kitab al-Tabikh, le plus ancien livre de cuisine arabe connu, contient une recette de pain d'eau fermenté nabatéen (khubz al-ma al-nabati). Le pain au levain est fait avec une farine de blé de haute qualité appelée samidh qui est finement moulu et sans son et est cuit dans un tandoor. [26]


Hôpitaux

Plan du Valetudinarium, près de Düsseldorf, Allemagne. Fin du 1er siècle. / Image via la collection Wellcome, Wikimedia Commons

Le système médical romain a vu la création des premiers hôpitaux réservés aux esclaves et aux soldats. Les médecins étaient chargés de suivre les armées ou les navires, s'occupant des blessés. À Rome, la mort a été causée par une combinaison de mauvais assainissement, de famine, de maladie, d'épidémie, de malnutrition et de guerre qui a conduit à des taux de mortalité romains élevés. [29] Le développement des services de santé a été prolongé par les attitudes antipathiques des Romains envers les malades, la superstition et les croyances religieuses. [30]

Les premiers hôpitaux romains connus de l'Empire romain ont été construits aux Ier et IIe siècles de notre ère [31] sous le règne de l'empereur Trajan. L'expansion de l'armée au-delà de la péninsule italienne signifie que les blessés ne peuvent plus être soignés dans les maisons privées. [31] Pour cette raison, le Valetudinarium a été établi.

Les valetudinaria (pluriel de Valetudinarium) étaient des hôpitaux de campagne ou des camps militaires volants [32] et ont commencé comme un petit groupe de tentes et de forteresses dédiées aux soldats blessés, qui ont donné un aperçu de la façon dont les médecins ont géré les différentes blessures et maladies, ce qui a permis de prendre conscience des bienfaits des herbes. certaines utilisations médicales. [5] Au fil du temps, les forts temporaires sont devenus des installations permanentes. [33] Les hôpitaux originaux ont été construits le long des routes principales et sont devenus bientôt la partie de l'architecture romaine de fort. Ils étaient généralement placés près du mur extérieur dans une partie calme de la fortification. [30]

Un valetudinarium standard était un bâtiment rectangulaire composé de quatre ailes, reliées par un hall d'entrée qui pouvait être utilisé comme centre de triage. [34] Chaque hôpital de la légion a été construit pour accueillir 6 à 10 % des 5 000 hommes de la légion. [33] Le bâtiment comprenait également un grand hall, une salle de réception, un dispensaire, une cuisine, des logements pour le personnel et des installations de lavage et de latrines. [32]


  • 9h15 Introduction : identités impériales dans le monde romain (Peter Van Nuffelen et Arjan Zuiderhoek)
  • 10:00 Entre Grèce et Rome : forger une identité primordiale pour une aristocratie impériale (Andreas Hartmann)
  • 11:00 Rituels de mise à mort - Punition publique, munera et la diffusion des valeurs et de l'idéologie romaines dans le Imperium Romanum.
    (
    Johannes Hahn)
  • 11h45 L'influence romaine sur les rituels d'identification en Egypte (Marc Depauw)
  • 13:30 Rituels d'avant-bataille dans la guerre romaine, AD 100 & ndash AD 400 (Conor Whately)
  • 14:15 Unir l'armée : L'utilisation de rituels commémorant Germanicus pour créer une identité impériale (Gwynaeth McIntyre)
  • 15h30 Promouvoir la famille, créer l'identité. Rôles de Septime Sévère et des membres de la famille impériale dans les rituels de Ludi Saeculares (Jussi Rantala)
  • 16h15 Memnon, entre Hérode et Philostrate : Contextes d'ethnicité (Joel Allen)
  • 10h00 Eergétisme et urbanisme antiquaire dans l'Athènes romaine primitive : un comportement ritualisé inventant la « vraie tradition athénienne » ? (Fabio Morales)
  • 10h45 Construire des frontières sacrées à Rome : Auguste et le ager romanus antiquus (Claudia Beltrão da Rosa)
  • 11:15 Appartenance à l'empire et au culte impérial comme marqueur d'une identité impériale partagée. (Jesper Majbom Madsen)
  • 13h00 Décision collective : le Sénat romain et les tribunaux religieux (Luise Marion Frenkel)
  • 13:45 Identifier des thèmes communs : une tentative de conclusion (Peter Van Nuffelen et Arjan Zuiderhoek)
  • 14:30 Discussion des auteurs sur la structure et la forme du volume Identités impériales dans le monde romain

Ventes actuelles

Cette page répertorie régulièrement du matériel neuf et/ou à prix réduit. Des pièces, des jetons, des médailles, des billets de banque et des livres à leur sujet seront présentés. Veuillez vérifier régulièrement. Cette page sera le premier endroit pour voir notre stock important et varié.

Nous tenons également, à titre informatif seulement, une liste des articles récemment vendus.

Pièces de monnaie grecques

Numéro d'inventaire : 55928 [Pièces grecques]
Thrace. Istros. 400-350 av. Tri-hémi-obol d'argent (1,30g) . Têtes inversées/Aigle de mer sur dauphin, ci-dessus, monogramme ci-dessous. BMC-14, SNG Cop-200. VF, un peu granuleux. Cette petite dénomination est rarement rencontrée $85

Numéro d'inventaire : 55719 [Pièces grecques]
PISIDIA. SELGE. 400-300 av. Trihémiobol d'argent (0,78 g). Tête de gorgone, aux cheveux longs, de face, mais langue non saillante/Tête d'Athéna à droite, pointe de lance derrière.. BMC-28, SNG Cop-253. F/VF tonique, typiquement poreux. $65

Numéro d'inventaire : 57560 [Pièces grecques]
Royaume Séleukide, Antiochus III, le Grand. 223-187 av. Æ21 (6.29g) Tête d'Apollo 3/4 face à gauche/Apollon debout à gauche, tenant un arc et une flèche. Frappé à Seleukid sur la menthe du Tigre. Hoover-503 (R3), SC-1177. G-VG. Type rare généralement observé dans les bas grades comme celui-ci. $75

Numéro d'inventaire : 57953 [Pièces grecques]
Celtes danubiens, Bullgaria du Nord. Imiter les types d'Alexandre le Grand. Tétradrachme d'argent (15,92 g). IIIe siècle av. Tête du jeune Héraclès à droite dans une coiffe en peau de lion/Zeus intronisé à gauche, tenant un aigle et un sceptre, monogramme encerclé au-dessus du monogramme dans le champ gauche. Comme BMC-190, Göbl OT 579/8. VF tonique et rare. $350

Numéro d'inventaire : 55249 [Pièces grecques]
Sicile, Himera. c. 460-450 av. Tétras d'argent ou 1/4 Obol (.18g). Tête d'homme barbu à droite/3 pastilles.Le Rider Pl. 24, #39, NAC, 46, 193 F/VF, granuleux. Très rare $150

Numéro d'inventaire : 57956 [Pièces grecques]
Rois macédoniens, Philippe II. 359-336 av. Tétradrachme d'argent (14,35 g) de Pella. Tête laurée de Zeus à droite/Guerrier à cheval étoile à gauche en dessous de la patte avant relevée. Le Rider 103, SNG ANS 357. Frappé c. 354-348 av. J.-C. (émission à vie). EF sur flan légèrement serré. $600

Numéro d'inventaire : 56924 [Pièces grecques]
Baktria. Royaume indo-grec. Ménandre I. c. 155-130 av. Drachme d'argent (2,42 g). Buste diadémé de Ménandre à droite/Athéna Alkedimos avançant à gauche, tenant à droite un bouclier et un monogramme de la foudre. SNG ANS-774-781, Bopearachchi Ser. 13B. GVF. $125

Pièces de la République Romaine

Numéro d'inventaire : 55965 [Pièces de la République romaine]
Rome. Septime Sévère. 193-211 après JC (205). Denier d'argent (2,54 g) . Buste barbu lauré à droite/Annona stg fcg, tête L., tenant des épis de blé sur modius & corne d'abondance. PM TRP XIII COS III PP. RSC-472, RIC-198. VF tonique, rév. un peu poreux. $70

Numéro d'inventaire : 55865 [Pièces de la République romaine]
L. Marcius Philippus. 56 av. Denier d'argent (4,05 g) . Tête d'Ancus Marcius à droite, lituus derrière, ANCVS en dessous/Statue équestre sur l'Aqueduc (l'Aqua Macia), PHILIPPVS à gauche. Marcia-28-29, SR-382. F-VF tonique, peu décentré. $75

Numéro d'inventaire : 55945 [Pièces de la République romaine]
Nerva. 96-98 après JC. Denier d'argent (3,36 g) . Tête laurée de Nerva à droite, IMP NERVA CAES AVG GERM P M TR P II/Deux mains jointes, IMP II - COS IIII P P. SR-3031, RIC-48, RSC-96. VF. $250

Numéro d'inventaire : 55242 [Pièces de la République romaine]
République de Rome, Anonyme Après 211 av. J.-C. Æ Triens, 22mm, 7.66g. Tête de Minerve à droite dans un casque corinthien à crête, 4 plombs au-dessus/Proue de galère à droite, 4 plombs en dessous, ROMA au-dessus du Cr-56/4, SR-911 VF, un peu poreux, une pastille de chaque côté mordant le flan $50

Numéro d'inventaire : 57108 [Pièces de la République romaine]
Rome, République. T. Cloulius (ou Cloelius). 98 avant JC. Argent Quinarius 1,55g). Tête laurée de Jupiter à droite/Trophée du couronnement de la victoire sur tête de captif faulish assis, T CLOVLI entre Q en ex. SR-212, Syd-586, Cloulia-2. F-VF tonique, peu poreux $60

Numéro d'inventaire : 53263 [Pièces de la République romaine]
République romaine. Anonyme. c. 86 av. Denier AR (3,66 g). Tête laurée d'Apollon à droite, foudre en dessous/Jupiter en quadrige à droite. SR-266, Syd-723. Belle VF. $80

Numéro d'inventaire : 57568 [Pièces de la République romaine]
Rome. c. 200 BC-200 AD Bulle d'or ou amulette (.11g de 18 K). c. 7 x 12 mm, or très fin. Les bulles sont généralement des phoques ronds ou (en latin) "une bulle". Un numismate averti a pensé qu'il s'agissait plus probablement d'une amulette. Soi-disant de la collection Borenstein $70

Numéro d'inventaire : 58197 [Pièces de la République romaine]
Bohême. Mort de Marcus Curtius. 1535 (362 av. J.-C.). Médaille Sulver 24mm par Concz (4.07g) . Buste drapé de Curtius à gauche/Curtius à cheval à gauche, sur le point de sauter dans le gouffre du Forum romain.. Katz-216. Gd VF, tonique. chassé, 2 écrans lumineux sur le front. Ex collection RBW, Ex Lanz 33 (30 avril 1985), lot 239 $400

Numéro d'inventaire : 57159 [Pièces de la République romaine]
République romaine. C. Claudius Pulcher. 110-109 av. Denier d'argent (3.40g) . Tête casquée de Roma à droite/Victoire en biga à droite C PULCHER en ex. (seul le haut des lettres est visible). SR-177, Claudia-1, Syd-569. F tonique, granuleux. $45

Pièces impériales romaines

Numéro d'inventaire : 54635 [Pièces impériales romaines]
Rome, Hadrien. 117-138. Denier d'argent (3,16 g). Buste lauré à droite/Victoire descendant à droite, tenant le trophée des deux mains. Peu de revers. SR-3527, RIC-101, C-1131 Chap. VF $250

Numéro d'inventaire : 55958 [Pièces impériales romaines]
Diva Faustina Senior, épouse d'Ant. Pie. Mort en 141 après JC. Denier d'argent (2,55 g) . Buste drapé à droite DIVA FAUSTINA/Ceres stg., relèvement à gauche r. main et tenant la torche à gauche, CONSECRATIO. SR-4593, RIC-382b, RSC-165a. GVF, joliment tonique. $89

Numéro d'inventaire : wmr-101 [Pièces impériales romaines]
Septime Sévère. 193-211. (197 après JC). Denier d'argent. Tête laurée à droite/Providentia debout à gauche, tenant une tige et un sceptre, un globe à ses pieds. SR-6356, RIC-491, RSC-592. Ancienne collection A. Lynn. $85

Numéro d'inventaire : 55971 [Pièces impériales romaines]
Julia Domna, épouse de Septime. Sévère. (194 après JC). Denier d'argent (2,75 g) . Buste drapé de Julia Domna à droite/Vénus stg. r., dos tourné vers spectateur, hldg apple & palm, reposant sur la colonne VENERI VICTR. SR-6608, RIC-536, RSC-194. VF légèrement tonique. $80

Numéro d'inventaire : wmr-102 [Pièces impériales romaines]
Julia Domna, épouse de Septime Sévère. Denier d'argent (3,72 g). Un autre comme ci-dessus, mais frappé sur un flan plus épais. VF, légèrement nettoyé. Ancienne collection Clayton. $80

Numéro d'inventaire : wmr-103 [Pièces impériales romaines]
JULIA DOMNA sous Caracalla. (312 après JC). Denier d'argent (3,33 g). Buste drapé à droite/Cybèle debout à gauche, bras gauche reposant sur la colonne, tambour et sceptre en place, lion aux pieds à gauche. SR-7104, RIC-382, RSC-137. Belle VF+. $85

Numéro d'inventaire : 57717 [Pièces impériales romaines]
Rome. Caracalla, comme César (197 après JC). 198-217. Denier d'argent (3,17 g). Buste tête nue à droite M AVR ANTON CAES PONTIF/Lituus, apex, bucrâne (rendu inhabituel) & simpulum. DESTINAT IMPÉRAT. SR-6672, RIC-6, C-53. VF, petit flan. $90

Numéro d'inventaire : 55978 [Pièces impériales romaines]
Julia Maesa, grand-mère d'Elag-. abalus & Sev. Alexandre. (218-220 après JC). Denier d'argent (1,89 g). Buste drapé à droite/Pietas stg. l., sac. sur l'autel et la boîte d'encens PIETAS AVG. SR-7754, RIC-263, RSC-29. VF bien tonique. $65

Numéro d'inventaire : 55972 [Pièces impériales romaines]
Caracalla. 198-217 après JC (205 après JC). Denier d'argent (2,88 g). Buste lauré à droite/Felicitas debout à gauche, tenant court caducée & corne d'abondance FELICITAS AVGG. SR-6799, RIC-127, RSC-64. Belle EF. $90

Numéro d'inventaire : 57347 [Pièces impériales romaines]
Julia Mamaea, mère de Severus Alexander, assassinée en 235 après JC (228). Sesterce (16,56g). Son buste drapé à droite IVLIA MAMAEA AVGVSTA/Felicitas stg., fcg., tête à gauche, jambes croisées, hldg caducée à r. main et repos l. bras sur colonne FELICITAS PVBLICA SC. SR-8228, RIC-676. GVF, flan légèrement petit. $90

Numéro d'inventaire : 56100 [Pièces impériales romaines]
Rome. Maximin I. 235-238. Sesterce (18.23g). Buste lauré, drapé et cuirassé à droite IMP MAXIMINVS PIUS AVG/Salus assis à gauche, nourrissant le serpent sortant de l'autel SALVS AVGVSTI SC. RIC-64, SR-8338v (légende obv diff). VF, mais défaut de flan à 9h. $100

Numéro d'inventaire : 56105 [Pièces impériales romaines]
Gordien III. 238-244 après JC. Sesterce (19,76g). Buste lauré à droite IMP GORDIANVS PIVS FEL AVG/Apollon assis à gauche tenant une branche de laurier & reposant le bras gauche sur la lyre PM TRP V COS II PP S-C. RIC-303a, SR-8730v, C-262. Belle VF, quelques légers éclats de flan. $150

Numéro d'inventaire : 57350 [Pièces impériales romaines]
Maximin I. 235-238 après JC (236-238). Sesterce (22.23g). Buste lauré, drapé & cuirassé à droite MAXIMINVS PIVS AVG GERM/Pax debout à gauche, tenant une branche d'olivier & un sceptre PAX AVGVSTI SC. SR-8332, RIC-81. VF. $125

Numéro d'inventaire : 57117 [Pièces impériales romaines]
Empire romain, Nero Claudius Drusus (par Claudius). Mort en 9 av. Sesterce en laiton (29,52 g). Tête nue de Drusus à gauche NERO CLAUDIUS DRUSUS GERMANICUS IMP /Claudius (ou Drusus ?) assis à gauche au milieu des bras TI CLAUDIUS CAESAR AUG PM TR P IMP PP SC. SR-1897. Fin, dénoyauté $150

Numéro d'inventaire : 56238 [Pièces impériales romaines]
Rome. Vespasien. 69-79. Denier d'argent (3,28 g). Buste lauré à droite/Pax assis à gauche, tenant une branche d'olivier, l. main à côté PON MAX TR P COS VI. RIC-90, SR-2301, RSC-366. Dieu bien.

Numéro d'inventaire : 56240 [Pièces impériales romaines]
Rome. Titus, comme César sous Vespasien. 79-81 (77-78). Denier d'argent (3,33 g). Buste lauré à droite/Paire de bœufs sous joug, à gauche, COS VI. RIC-(V)-197, SR-2440, RSC-97. VF tonique. $100

Numéro d'inventaire : 56145 [Pièces impériales romaines]
Rome. Nerva. 96-98. Denier d'argent (2,85 g) . Buste lauré à droite IMP NERVA CAES AVG PM TRP COS III PP/Fortuna stg. à gauche, tenant un gouvernail et une corne d'abondance FORTVNA AVGVST. RIC-16, RSC-66, SR-3025. aVF/F, tons clairs, joli portrait. $75

Numéro d'inventaire : 57119 [Pièces impériales romaines]
Empire romain, Sabine, épouse d'Hadrien. Mort en 137 après JC (136). Denier d'argent (3,35 g). Buste diadémé et drapé à droite SABINA AUGUSTA/Vénus debout à droite, tenant une pomme, tirant le pli de la draperie de l'épaule VENERI GENETRICI SR-3924, RIC-396, RSC-73 VF $75

Numéro d'inventaire : 57570 [Pièces impériales romaines]
Empire romain, Diva Faustina Sr. (épouse de A. Pius). Mort en 141 après JC, ceci après 147. Denier d'argent (3,28 g). Buste drapé à droite DIVA FAVSTINA/Aeternitas ou Juno stg. face, tête à gauche, levant r. main, sceptre hldg AETERNITAS SR-4574, RIC-344 (Pius), RSC-26 Ch. aEF $90

Numéro d'inventaire : 57740 [Pièces impériales romaines]
Rome. Julia Maesa, grand-mère d'Elagabalus et de Severus Alexander, est décédée en 223 après JC. Denier d'argent (3,59 g). Buste drapé à droite IVLIA MAESA AVG/Fecunditas debout à gauche, la main sur l'enfant, tenant l'enfant FECVNDITAS AVG. SR-7749, RIC-249, RSC-8. VF. $65

Numéro d'inventaire : 57958 [Pièces impériales romaines]
Rome. Julia Mamaea, mère de Severus. Alexandre. Mort en 235 après JC. (231 après JC) Denier d'argent (2,91 g). Buste diadémé et drapé à droite/IVNO AVGVSTAE Junon assise à gauche tenant une fleur et un enfant emmailloté. SR-8211, RIC-341, RSC-32. Belle EF. $100

Numéro d'inventaire : 57968 [Pièces impériales romaines]
Maximin I. 235-238 (236, Rome). Denier d'argent (3,08 g). Buste lauré à droite/Maximinus, en tenue militaire, debout à gauche entre deux étendards, touchant l'étendard de la main droite et reposant sur la lance de la main gauche. PM TRP II COS PP. SR-8312, RIC-3, RSC-55. État lustré pratiquement neuf. Peu commun donc sympa. $120

Numéro d'inventaire : 56284 [Pièces impériales romaines]
Empire romain, Victorin. 269-271 (270-71). menthe de Cologne. Antoninien (3.06g). Buste rayonné à droite IMP C VICTORINVS PF AVG/Pax debout à gauche, tenant une branche d'olivier et un sceptre, PAX AVG, V dans le champ à gauche, étoile à droite. RIC-118, SR-11175 aEF avec portrait net et clair $90

Pièces de monnaie coloniales romaines

Numéro d'inventaire : 55778 [Pièces coloniales romaines]
Hispanie, Carteia. Germanicus et Drusus. Frappé sous Tibère. 14-37 après JC. 18,5 (4,14 g). [GER]MANICO - ET DRVSO Tête de Fortuna à droite/CAESAR[IBVS IIII VIR C]ART Gouvernail. Ex Frank Sternberg acheté par "AK" en 1976. RPC-123, Dieu bien $40

Numéro d'inventaire : 56038 [Pièces coloniales romaines]
Mésie inférieure. Marcianopolis, Diaduménien. 217-218. 20 (4,25 g). Tête nue à droite [M] OPELLIOC - ANTW(NEINOC K]/Dikaiosyne-Nemesis (ou Aequitas) avec écailles & corne d'abondance, à ses pieds roue, MAPKIANO - ΠOLEITΩN. AMNG-793. Jolie VF, patine vert foncé $100

Numéro d'inventaire : 55628 [Pièces coloniales romaines]
L'EGYPTE ROMAINE. NÉRO. 54-68. Bi tétradrachme (12,14 g). Tête rayonnée de Néron à droite/Aigle debout à gauche sur un éclair avec une branche de palmier derrière, date à l, L -IA = 11 = 64/65. C-83, E-118, M-228. VF tonique, quelques taches de porosité. $100

Numéro d'inventaire : 55761 [Pièces coloniales romaines]
Egypte romaine. Néron. 54-68, année 13. Bi Tétradrachme (12,19g). [ΝΕΡΩ ΚΛΑV ΚΑΙ]Σ ΣΕΒ ΓΕΡ AY Buste rayonné de Néron avec égide à gauche année 13 à gauche/ ΔΙΟΣ [ΟΛΥΜΠΙΟΥ] Buste lauré de Zeus Olympien à droite. Date plus rare selon Emmett. C-186, M-262, Emm-135. VF, très peu de points faibles. $110

Numéro d'inventaire : 55662 [Pièces coloniales romaines]
L'Egypte romaine, Philippe II, comme César. 247-249. Bi tétradrachme (13,63 g). Buste cuirassé tête nue à droite/Tyché, nu jusqu'à la taille, assis à g., gouvernail à dr. main, corne d'abondance à gauche, LΔ = année 4 = 246/247. C-1404, E-3610, M-3673. VF. Ancienne collection de Keith Emmett. $100

Numéro d'inventaire : 55824 [Pièces coloniales romaines]
Pamphylie. Côté, Domitien. 81-96 après JC .Æ19 (4,25 g). Tête laurée de Domitien à droite/ Athéna avançant à gauche, lance et grenade sur l'épaule, bouclier aux pieds, serpent. RPC-II, 1527, SNG Cop-415. Ch. TTB, quelques légères oxydations sous patine verte brillante $90

Numéro d'inventaire : 57720 [Pièces coloniales romaines]
Syrie. Antioche, Trebonianus Gallus. 251-253 après JC. Bi tétradrachme (12,86 g). Tête laurée d'Empereur à droite/Aigle debout sur la foudre, tête à droite, couronne en bec entre les jambes.. BMC-632, Prieur-661. VF+. Ex WMR Auction 31E #182 $100

Numéro d'inventaire : 57766 [Pièces coloniales romaines]
Egypte romaine. Alexandrie, Tibère. 14-37 (Année 5). Æ Obole (4.29g) 19mm . Tête nue à droite/TIBEPIOY, hippopotame debout à droite LΕ Emmett décrit comme Hippo à gauche, vraisemblablement c'est une faute de frappe. Milne-36, Emm-62(5), RPC-5092. Date-101. VF. $125

Numéro d'inventaire : 57976 [Pièces coloniales romaines]
Egypte romaine, AlexandrieHadrien. 117-138. Diobol (9,98). Tête laurée d'Hadrien à droite/Aigle debout à droite, ailes fermées, tête tournée en arrière, couronne en bec, année 19. BMC-822, Emm-1123 (Rarity5), Geissen-1152. VF, quelques légers outillages évidents. Un très bel exemple d'une pièce extrêmement rare ! $325

Numéro d'inventaire : wmr-50 [Pièces coloniales romaines]
Egypte romaine, Alexandrie. Aurélien. 270-275. Bi tétradrachme. (6,45 g). Buste lauré à droite/Nike avançant à droite. Année 4. Emm-3946, Milne-4378. VF, reflets verts qui ne sont PAS la maladie du bronze. Date très rare. $125

Numéro d'inventaire : 56018 [Pièces coloniales romaines]
Egypte romaine, Claudius II Gothicus. 268-270. Bi tétradrachme (10,36 g). Buste lauré, drapé et cuirassé à droite/Aigle stg. à droite, tête à gauche, tenant une couronne dans le bec, champ de date à droite, LA = année 1 268/269 après JC. Curtis-1670, Emm-3878, M-4225 Belle VF+ $35

Numéro d'inventaire : 55786 [Pièces coloniales romaines]
Macédoine. Koinon, Claude. 41-54 après JC. 24 (8,85 g). ΤΙ ΚΛΑΥΔΙΟΣ - [ΚΑΙΣΑΡ] Tête de Claude à gauche./ΣΕΒΑΣΤΟΣ ΜΑΚΕΔΟΝΩΝ autour du bouclier macédonien. RPC-1612, SNG Cop-1334. VG/F, poreux. $50

Numéro d'inventaire : 55785 [Pièces coloniales romaines]
Achaïe. Patras, Claude. 41-54 après JC. 25,5 (8,76 g). [TI CLAVDIV]S ​​CAESAR AVG GERMANICV[S] Tête de Claude à gauche/ [C]OL – A A -PATR/[X]-XII Aigle légionnaire entre deux étendards. BCD-545, RPC-1256, SNG Cop-170. VF, quelques aplats, obv. o.c. et un peu poreux. Ex F. Sternberg, acheté par A.K. en 1973. La légion X et la légion XII ont été envoyées en Judée pour aider à réprimer la première révolte juive de Vesapasian et Titus. $120

Numéro d'inventaire : 55811 [Pièces coloniales romaines]
Lydie. Tralles, Néron. 54-68 après JC. Æ15 (4.16g). ΝΕΡWΝ [ΚΑΙΣΑΡ] Tête nue de Néron à droite/KΑΙΣ-ΑΡΕWN Quatre épis de blé. BMC-125, RPC-2657, SNG Cop-692. Fine et lourde patine verte. $60

Anciennes monnaies juives et bibliques

Numéro d'inventaire : 50473 [Pièces de monnaie juives et bibliques anciennes]
Judée, Yehud. Période hellénistique. Ptolémée I 305-282 BC AR 1/4 Obol (0,15 gramme). Tête diadème de Ptolémée I à droite/Aigle w. ailes déployées, demi tournées à gauche, stg sur coup de foudre, YHDH en paléo-hébreu. Ex Gemini H-438, TJC-438 Fr/Nice VF, frappé par une matrice usée $300

Pièces byzantines

Numéro d'inventaire : 58086 [Pièces byzantines]
Vandales. Gélimer. 530-533. Nummus ou 2 1/2 Nummi Æ11 (.85g) . Son buste à droite, Trouvé à El Djen, Tunisie/Monogramme de Gélimer. MEC-30, BMC-5, Hahn-25. TB/F+. 275

Anciennes monnaies juives et bibliques

Numéro d'inventaire : 55785 [Pièces de monnaie juives et bibliques antiques]
Achaïe. Patras, Claude. 41-54 après JC. 25,5 (8,76 g). [TI CLAVDIV]S ​​CAESAR AVG GERMANICV[S] Tête de Claude à gauche/ [C]OL – A A -PATR/[X]-XII Aigle légionnaire entre deux étendards. BCD-545, RPC-1256, SNG Cop-170. VF, quelques aplats, obv. o.c. et un peu poreux. Ex F. Sternberg, acheté par A.K. en 1973. La Légion X et la Légion XII ont été envoyées en Judée pour aider à réprimer la première révolte juive de Vesapasian et Titus. $120

Numéro d'inventaire : 57542 [Pièces de monnaie juives et bibliques anciennes]
Judée. Jean Hyrcan I. 135-104 av. Æ Prutah (2,20g). "Yehohanan le Grand Prêtre et Chef du Conseil des Juifs"/Double Cornucopiae, grenade. H-1137, Sofaer-159v, AJC-Sb2. VF. Ex Herb Kreindler avec son étiquette. J'ai acheté ceci à Herb Kreindler en août de 1995 et je l'ai vendue un mois plus tard à un collectionneur d'Ann Arbor, Michigan. Plus de 20 ans plus tard, j'ai acheté la pièce à un autre collectionneur d'Ann Arbor. $120

Numéro d'inventaire : 57537 [Pièces de monnaie juives et bibliques anciennes]
Judée. Alexandre Jannaeus. 103-76 av. Prutah (2,44g). Lily, « Yehonatan the King »/Ancre inversée, « du roi Alexandre ». H-1148, Sof-214, AJC-A, TJC-N. VF, avec anses à flan. Exemple lourd et bien centré d'un meilleur prutah. Une autre pièce qui m'a traversé au milieu des années 1990, achetée à CNG, puis à deux collectionneurs différents à Ann Arbor et qui m'est revenue plus de 25 ans plus tard. Les "poignées" montrent comment cette pièce a été fabriquée il y a plus de 2100 ans. $120

Numéro d'inventaire : 54951 [Pièces de monnaie juives et bibliques anciennes]
Judée. Antonius Felix, procureur sous. Claude, 52-59 après JC. Prutah (2,66g). Deux boucliers oblongs et deux lances croisées/palmier à 6 branches, BPIT (pour Britannicus, fils cadet de Claudius, LΙΔ ΚΑΙ = AN 14 = 54. H-1348, AJC-29. aVF. $40

Numéro d'inventaire : 56734 [Pièces de monnaie juives et bibliques anciennes]
Judée. Joppé, Severus Alexandre. 222-235 après JC. 19 (7,28 g). Buste lauré, drapé et cuirassé à droite/Athéna debout à droite, tenant lance et bouclier.ΦΛΑ clair à gauche . Ros-11, Sofaer-21. F. $250

Médailles du monde

Médailles du monde

Numéro d'inventaire : 58197 [Médailles du monde]
Bohême. Mort de Marcus Curtius. 1535 (362 av. J.-C.). Médaille Sulver 24mm par Concz (4.07g) . Buste drapé de Curtius à gauche/Curtius à cheval à gauche, sur le point de sauter dans le gouffre du Forum romain.. Katz-216. Gd VF, tonique. chassé, 2 écrans lumineux sur le front. Ex collection RBW, Ex Lanz 33 (30 avril 1985), lot 239 $400

Exonumia liée aux Juifs

Numéro d'inventaire : 52841 [Exonumia lié aux Juifs]
Judée. Agrippa II. 56-95. 11,75 (1,58 g). Buste lauré de Domitien à droite/Corne d'abondance, An 25, "Roi Agrippa" en grec. H-1322, TJC-157. Dieu bien. $125

Article sur la Seconde Guerre mondiale

Numéro d'inventaire : 39e833 [Article lié à la Seconde Guerre mondiale]
Croatie. Camp de concentration de Stara Gradiska. Un sous-camp de Jasenovac. Carte repas de février 1944. c 3 1/2 x 2 1/2" carton jaune. Le camp de Stara Gradiska, situé à environ 80 kilomètres à l'est de Zagreb, était un sous-camp du tristement célèbre camp de la mort de Jasenovac où les nazis croates, les Oustasas, ont assassiné environ 150 000 Juifs, Serbes, Tsiganes et autres. Non circulé et non utilisé. Non répertorié dans Feller. Ex WMR 39E #833 @ 600 $. $250

Numéro d'inventaire : jw-31 [document relatif à la Seconde Guerre mondiale]
Allemagne, camp de concentration de Dachau. 1 Reichsmark en vert très pâle avec la marque de l'imprimeur VI/100 X. 44. 1285 et le numéro de prisonnier « 37596 » et la date 31/I 1945 (?) également manuscrite. Camp-3962b, Abatteuse GE-181c, Grab. Da-4f. EF, un léger pli vertical et quelques taches mineures. $2,000

Numéro d'inventaire : jw-32 [document relatif à la Seconde Guerre mondiale]
Allemagne, camp de concentration de Dachau. 2 Reichsmark. Marque de l'imprimeur V/100 X.44. 1285. C-3963b, Feller-GE-182b, Grab-Haney DA-5e. Numéro de prisonnier 61265 et date écrite à la main 12. 3. 1945. Gd VF, avec une bande de papier supplémentaire ajoutée au dos pour réparer le bord gauche déchiqueté. $2,400

Numéro d'inventaire : jw-30 [document relatif à la Seconde Guerre mondiale]
Allemagne, camp de concentration de Dachau.3 Reichsmark en beige avec imprimeurs # IV/50 X. 44 1285 et numéro de prisonnier 67543. C-3965a, Feller-GE-183, Haney-Grabowski DA6d. Joli EF, avec quelques taches, la plus notable étant sous le numéro de série et corrélativement au dos. Dénomination rare. $3,600

Numéro d'inventaire : jw-15 [document relatif à la Seconde Guerre mondiale]
Allemagne, Camp de concentration de Flossenbürg. Abatteuse GE-186, Camp-3972a, Haney Fl-2. 1 Reichsmark, Type 1. Belle TTB. Bronzer. $400

Numéro d'inventaire : jw-16 [document relatif à la Seconde Guerre mondiale]
Allemagne, Flossenburg. C-3972b2, SB-1522, PS-87a, Abatteur GE-188b, Haney FL-12b. 1 Reichsmark en bleu. Type 2, avec un large « » en Prämienschein. Belle UA. $350

Numéro d'inventaire : jw-37 [document relatif à la Seconde Guerre mondiale]
Allemagne, Nordhausen (Mittelbau). ND. .10 Reichsmark, vert. Série F. Camp-4023, P/S-137, Feller-GE-252, Grab.-Haney Mi-3. F-VF. Rare. $320

Numéro d'inventaire : jw-38 [document relatif à la Seconde Guerre mondiale]
Allemagne, camp de concentration de Mittelbau (Nordhausen). .25 RM, série B, orange. Il me semble rouge mais toutes les grandes références l'appellent orange. Abatteuse GE-253, Camp-4024, Grab-Haney Mi-4. F-VF. $780

Numéro d'inventaire : jw-39 [document relatif à la Seconde Guerre mondiale]
Allemagne, Nordhausen (Mittelbau). ND. .50 Reichsmark, noir. Série U. Sim Camp-4025b1, P/S-139b, comme F/F GE-254bv, Grab-Haney Mi-5b. F-VF. Il s'agit d'un type avec le point avant le 5 au recto et le trait d'union entre le ä et le s au verso, comme indiqué par Grabowski/Haney et apparemment non répertorié par Campbell et Feller. $380

Numéro d'inventaire : jw-41 [document relatif à la Seconde Guerre mondiale]
Allemagne, camp de concentration de Nordhausen (Mittelbau). C-4026b(1), Abatteuse GE-255c, Grab.-Haney Mi-6c. 1 Reichsmark en vert. Série P. Pas de marque d'imprimante au dos, avec * avant le numéro de série. VF+, quelques taches (surtout au coin supérieur gauche), avec beaucoup de netteté d'origine encore apparente. $400

Numéro d'inventaire : jw-40 [document relatif à la Seconde Guerre mondiale]
Allemagne. Nordhausen (Mittelbau). C-4027a, Abatteuse-256a, Grab.-Haney Mi-7b, PS-141. 2 Marque Série L. Type avec point carré après la dénomination et n° avant le numéro de série au dos. VG, avec bande de réparation au dos pour maintenir intacte la déchirure au pli vertical. $250

Numéro d'inventaire : jw-47 [document relatif à la Seconde Guerre mondiale]
Allemagne, camp de concentration d'Oranienburg. 1 Marc, marron. Camp-4039, Abatteur GE-104, OR-4b. Maroon avec l'homme à gauche utilisant une pelle pour creuser un trou. Belle VF et très rarement offerte. $800

Numéro d'inventaire : jw-43 [document relatif à la Seconde Guerre mondiale]
Allemagne, camp de concentration de Ravensbrück. .50 RM sur papier beige. Camp-4052, F GE-270. Avec un tampon à main SS rond sur le visage indiquant « Frauen Konzentrazionslager Ravensbrück Verwaltung » (à peu près entièrement visible) et au dos « Arbeitsstelle » en haut et la marque de l'imprimeur « E0101 » tous deux imprimés. EF. $1,200

Numéro d'inventaire : jw-42 [document relatif à la Seconde Guerre mondiale]
Allemagne, camp de concentration de Ravensbrück. 1 Reichsmark. Type I avec tampon rond et marque de l'imprimeur E0101. Abatteuse GE-271, Camp-4053a, Haney Ra-4b. Très bien avec environ 15% de la note en bas et laissé manquant. Imprimé sur papier fin, tampon rond sur le visage très faible mais 3 lignes "W. Lewald. env. Klesgrube Fürstenberg/Meckl. poinçon noir au dos très fort. $600

Numéro d'inventaire : jw-35 [document relatif à la Seconde Guerre mondiale]
Allemagne, camp de concentration de Sachsenhausen. .50 RM Tan, type 2 avec étoile composée de 8 cales et nom de l'imprimante en italique ci-dessous. Camp-4061a2, F/F GE-290b, Grab-Haney Sa1a. TTB, avec légère déchirure en haut de l'or vertical et infime partie du bord supérieur manquante. Les notes de Sachsenhausen avec l'étoile de type coin sont beaucoup plus rares que le type 1 en bronzage $480

Numéro d'inventaire : jw-33 [document relatif à la Seconde Guerre mondiale]
Allemagne, camp de concentration de Sachsenhausen. Campbell-4062a2b, Feller-GE-291c, Haney Sa-2c. 1 Marque Type 2 étoiles (8 petits coins), Marque de l'imprimeur K.L. Ch. 7. 44 500000. Bleu. Belle VF+. $350

Numéro d'inventaire : jw-34 [document relatif à la Seconde Guerre mondiale]
Allemagne, camp de concentration de Sachsenhausen. 1 Marque Type 2 étoile (étoile à 6 branches). Vert. Marque de l'imprimeur K.L. Ch. 7.44. 500 000. C-4062b-1, Abatteur-291d. Grab-Haney Sa-2d. TTB, quelques petites déchirures marginales. Extrêmement rare. Ex 26D, #807. $420

Numéro d'inventaire : l7 [document relatif à la Seconde Guerre mondiale]
Italie, Udine. Camp Concentramento Internati Civili. Campbell 6583-6587, Abatteur 820-824. 0,50, 1, 2, 5 et 10 lires. Toutes les notes portent des numéros de série manuscrits, un tampon du commandant du camp (Pozzi ?) et une signature manuscrite par-dessus. Les quatre notes inférieures sont tachées et bien diffusées (pas mieux que Fine avec 2 lires ayant un coin déchiré. Les 10 lires sont plus proches du blanc et presque EF. Presque tous les camps de concentration italiens, les camps de prisonniers de guerre et les camps civils (comme celui-ci) les billets sont quelque peu controversés et la plupart sont considérés comme des fantasmes comme celui-ci.Vendu tel quel, aucun retour. $100

Numéro d'inventaire : l9 [document relatif à la Seconde Guerre mondiale]
Italie, Camp de concentration de Crémone. 2, 5, 10, 20 et 50 lires avec étoile de David et 50 lires sans étoile. Campbell 6461-6465 et 6472. Abatteuse IT-762a-766a et 768b. Les notes surimprimées et non signées n'ont pas circulé alors que les notes signées ont circulé. Comme presque toutes les notes des camps de concentration italiens, celles-ci sont considérées par beaucoup comme des fantasmes. Le 50 Lire avec la signature est VG-F, les autres sont Au-Unc. Vendu en l'état aucun retour. $180

Numéro d'inventaire : jw-51 [document relatif à la Seconde Guerre mondiale]
Pays-Bas, Camp de concentration d'Amersfoort. 10 Cent 1er janvier 1944. Campbell Type 2 avec étoile à six branches après le numéro de série et n° précédant le numéro de série. Imprimé sur papier filigrané. Campbell-4146a, Feller NE-440b, Haney A1b. Choix AU (léger pli du caissier en haut à droite). $280

Numéro d'inventaire : jw-52 [document relatif à la Seconde Guerre mondiale]
Pays-Bas, Camp de concentration d'Amersfoort. 25 centimes. Jaune, sans filigrane, avec un point après le « 0 » précédant le numéro de série et avec une étoile à six branches après le numéro de série. Campbell Type 2. Campbell-4147b, Abatteur NE-441a, Haney Af-2a. Onc. $280

Numéro d'inventaire : jw-49 [document relatif à la Seconde Guerre mondiale]
Pays-Bas, Camp de concentration d'Amersfoort. 1 Gulden. Vert, sans filigrane, avec un point après le « 0 » précédant le numéro de série et avec une étoile à six branches après le numéro de série. Campbell Type 2. Campbell-4148b, Abatteur NE-442a, Haney Af-3a. Onc. $380

Numéro d'inventaire : jw-50 [document relatif à la Seconde Guerre mondiale]
Pays-Bas, camp de concentration d'Amersfoort. 2 1/2 Gulden. Bleu, avec filigrane, avec un point après le « 0 » précédant le numéro de série et avec une étoile à six branches après le numéro de série. Campbell Type 2. Campbell-4149a, Abatteuse NE-443b, Haney Af-4b. EF-AU. $925

Numéro d'inventaire : jw-54 [document relatif à la Seconde Guerre mondiale]
Pays-Bas, Herzogenbusch (Vught). 10 Cents.Bleu sur Orange.1er novembre 1943. Campbell-4153, Feller NE-450, Haney Hb-7. VG, deux petites déchirures marginales en haut et en bas d'un pli vertical en diagonale et petit défaut en haut à droite près du numéro de série. Herzogenbusch était le seul camp de concentration en Europe occidentale occupée. $2,600

Numéro d'inventaire : jw-55 [document relatif à la Seconde Guerre mondiale]
Pays-Bas, Herzogenbusch (Vught). 25 Cents.Bleu sur Orange.1er novembre 1943. Campbell-4154, Feller NE-451, Haney Hb-8. F-VF, deux petits trous près de la bordure noire en haut et quelques minuscules taches de rouille près du bas du billet. $3,200

Numéro d'inventaire : jw-10 [document relatif à la Seconde Guerre mondiale]
Pologne, Litzmannstadt. Bureau de poste Chit.d C-4213a, PS-27, IJN-8, Feller PO-581b1 10 Pfennig. 15 mai 1944. Avec un « A » latéral dans le coin supérieur gauche. Plutôt que d'être imprimé sur du papier beige ou jaune comme les listes Feller, cela semble être beige. Unc., mais quelques zones de décoloration. $450

Numéro d'inventaire : jw-12 [document relatif à la Seconde Guerre mondiale]
Pologne, Litzmannstadt. Billet de bureau de poste. C-4213a, PS-27, IJN-8, Abatteur PO-581b1 10 Pfennig. 15 mai 1944. Avec un « A » latéral dans le coin supérieur gauche. Imprimé sur du papier cartonné beige. Unc., mais quelques zones de décoloration. $450

Monnaies du monde

Numéro d'inventaire : 56644 [Pièces du monde]
Egypte. Abdul Aziz. 1277/4 (1864). 10 Qirsh ou Piastres . Type 1 an sans fleur/. Y-10, KM-257. VF tonique. $140

Numéro d'inventaire : 57193 [Pièces du monde]
Maurice. Colonie de la Couronne. George V. 1911. 1 cent . Y-6, KM-12. Bon R&B unc. $75

Numéro d'inventaire : 57502 [Pièces du monde]
Réunion. ET DE BOURBON, Louis XVIII. 1816-A. 10 centimes. Monogramme couronné, LOUIS XVIII ROI DE FRAN/ISLE DE BOURBON 10 CENT. Type d'un an. KM-A1, Cr-21, Lec-26. un F. $59

Numéro d'inventaire : 57441 [Pièces du monde]
Les Seychelles. Colonie de la Couronne britannique. Georges VI. 1943. 10 cents. Y-1, KM-1. BU. Quelques minuscules marques de sac à l'avers mais rarement vues aussi belles. $99

Numéro d'inventaire : 57862 [Pièces du monde]
Rhodésie du Sud. Colonie britannique, George VI. 1937. 6 pence. Buste couronné à gauche/Haches Croisées. Un an de type droit « Empereur ». Y-13, KM-10. BU $80

Numéro d'inventaire : 57385 [Pièces du monde]
Guinée portugaise. Type d'un an. 1933. 5 centavos . Tête Liberty à gauche/Dénomination et date. Y-1, KM-1. Bon R&B unc. $245

Numéro d'inventaire : wmr-37 [Pièces du monde]
Inde portugaise. Type d'un an. 1871 3 réis. Armes couronnées. Y-1, KM-1. Choix brun unc., avec des notes de rouge. $175

Numéro d'inventaire : 57422 [Pièces du monde]
Saint Thomas et Prince. Colonie portugaise. 1948. 50 centimes . Un an type en haute qualité/. Y-5, KM-8. Gem BU. $145

Numéro d'inventaire : 57635 [Pièces du monde]
Afrique du Sud. Zuid Afrikaansche Republiek. 1897. Shilling . Buste de Paul Kruger à gauche/Valeur divise la date en couronne, Z. AFRIK. REPRÉSENTANT. dessus. Y-4, KM-5. Bel onc., quelques marques. $275

Numéro d'inventaire : 57646 [Pièces du monde]
Afrique du Sud. Union d'Afrique du Sud. 1930. 1/4 Penny (Farthing). Buste couronné de George V à gauche/brin de blé et baies divisent les oiseaux dans un cercle. Y-11a, KM-12.2. Brun chocolat au choix unc. $275

Numéro d'inventaire : 57632 [Pièces du monde]
Afrique du Sud. Zuid Afrikaansche Republik. 1895. 3 pence . Buste de Paul Kruger à gauche/Valeur divise la date en couronne, Z.A.R. dessus. Date clé. Y-2, KM-3. EF, quelques légères marques. $150

Numéro d'inventaire : 57837 [Pièces du monde]
Rhodésie du Sud. George V. 1932. Shilling Buste of King à gauche/Coiffe d'oiseau. 1ère année d'émission. Y-5, KM-3. BU de choix, petite tache derrière la tête. $120

Numéro d'inventaire : 57817 [Pièces du monde]
Soudan. Abdallah Ibn Mohammed. 1304/5 (vers 1892). Argent 20 Piastres ou 20 Ghirsh. Bordure de doubles croissants des deux côtés. Y-8, KM-7.1, Dav-63. VF+. Teneur en argent beaucoup plus élevée que d'habitude sur cette pièce ! La plupart des couronnes soudanaises de cette période sont de nature très basique. $135

Numéro d'inventaire : 57949 [Pièces du monde]
Tunisie. Mahmoud II. 1250 (vers 1835). 4 Kharub (1/4 Piastre). Cr-74, KM-88. VF tonique. Un type très attrayant rarement offert. $90

Numéro d'inventaire : 57988 [Pièces du monde]
Tunisie, Abjdul Mejid (avec Muhammed Bey). 1274 (vers 1859). 4 Kharubs. KM-135, Cr-121. Choix AU. Lustre sous légère tonification. Type court de deux ans $125

Numéro d'inventaire : 57948 [Pièces du monde]
Tunisie. Mustafa IV. 1222 ou 1223 (vers 1807-1808). 8 Kharubs (1/2 Piastre) . Type 2 ans extrêmement rare. KM-76, Cr-64. Dieu bien. $350

Article sur la Seconde Guerre mondiale

Numéro d'inventaire : jw-9 [document relatif à la Seconde Guerre mondiale]
Pologne, Lodz. Ghetto de Litzmannstadt. Chit pour un déjeuner en milieu de journée pour le travail de nuit. Série I/N. Abatteur PO-620f, Campbell-4237f. VF, petite déchirure. $60

Numéro d'inventaire : jw-14 [document relatif à la Seconde Guerre mondiale]
Pologne, Lodz. Ghetto de Litzmannstadt. Scénario. Bon pour le déjeuner. Une paire jointe avec des numéros de série, série S. II. Campbell-4237a, Abatteur PO-620a. Imprimé sur papier beige. Paire émise, mais non distribuée, VF+ mais avec bord gauche rugueux. Insolite car la plupart de ceux que nous avons vus sont destinés à un "déjeuner supplémentaire". $150

Numéro d'inventaire : jw-7 [document relatif à la Seconde Guerre mondiale]
Pologne, Lodz. Ghetto de Litzmannstadt. 2 Marc. 15 mai 1940. Campbell-4203, Abatteur PO-562. VG-F, petite réparation de bande. L'une des deux dénominations rares et en fait assez décente à la recherche de cette note qui se trouve généralement en lambeaux. $150

Jetons

Numéro d'inventaire : wmr-46 [Jetons]
Maurice. ND Laiton 26mm. Jeton de 5 roupies. SUN INTERNATIONAL TOKEN au-dessus de MAURICE ci-dessous autour de Rs5/Palm Tree, voilier et bord de mer 5 Roupie Token ci-dessous. Le catalogue de jetons (Tokencatalog.com) répertorie un 2 roupies (TC-253250) et un 5 roupies (TC-180809). Cette dénomination n'est pas répertoriée mais nous vous l'enverrons sous peu. Vraisemblablement utilisé au Sun International Resort, peut-être utilisé comme jeton de jeu. EF, quelques entailles sur la jante. $40

Numéro d'inventaire : 57389 [Jetons]
Réunion. Département français d'outre-mer. 1920. Jeton de banque de 5 centimes. Hexagone en aluminium 18mm. Démonisté en 1941. Y-3, KM-Tn-1, Lec-47. EF. $315

Numéro d'inventaire : wmr-20 [Jetons]
West Congo, West Congoles Corporation Ltd. ND. 50 Francs Laiton, 31mm. TC-376422 (similaire). BU, quelques marques de manipulation. $45

Monnaies du monde

Numéro d'inventaire : 55467 [Pièces du monde]
GHAZNAVIDS. MAHMOUD. 388-421 AH (998-1030). Dirhem d'argent (2,04 g). Kur Ghazna ? (395?). MWI-768. aVF. $45

Numéro d'inventaire : 57385 [Pièces du monde]
Guinée portugaise. Type d'un an. 1933. 5 centavos. Tête Liberty à gauche/Dénomination et date. Y-1, KM-1. Bon R&B unc. $135

Numéro d'inventaire : 56343 [Pièces du monde]
Algérie. Mahmoud II. AH1245 (1829). 1 Budju (Tugrali-rial). Type d'un an. Très rare !. Lec-17, Cr-117, KM-79. Amende. $200

Numéro d'inventaire : 57382 [Pièces du monde]
Nigeria. République Fédérale. Erreur. 1973. 10 Kobo en plomb. Grève Off-Metal dans le plomb avec un bord de sécurité comme problème régulier. Un peu endommagé, probablement comme fait. KM PN-2ff. F-VF. Format 245 $125

Numéro d'inventaire : 57678 [Pièces du monde]
Afrique du Sud. Union de So. Afrique, Domination. 1928. 2 1/2 shillings . Buste couronné de George V à gauche/Bouclier divise la date, dénomination en bas « 2 1/2 Shillings ». Y-21a, KM-19.2. AU aux tons clairs. $240

Numéro d'inventaire : 58002 [Pièces du monde]
Tunisie. Protectorat français avec Muh'd. al-Amin Bey. 1364/1944. 10 francs. Rare type/. Y-55a, KM-269, Lec-341 . Ch. BU, légèrement tonique. $325

Numéro d'inventaire : 57094 [Pièces du monde]
Maroc, Yusuf 1331 Paris (1912). 2 1/2 Dirhams (1/4 Rial). Type d'un an en très haute qualité. Y-31, Lec-155. BU de choix. $450

Numéro d'inventaire : 57837 [Pièces du monde]
Rhodésie du Sud. George V. 1932. 2 shillings. Buste du Roi à gauche/Antilope de Sable. 1ère année de type. Y-6, KM-4. Choix tonique Unc $125

Numéro d'inventaire : wmr-26 [Pièces du monde]
Tunisie, protectorat français, Ali Bey (en son nom) AH 1304 (c. 1886). 8 Kharub KM-205, Y-5. Unc légèrement tonique. 150

Numéro d'inventaire : 57947 [Pièces du monde]
Tunisie. Sélim III. 1215 (vers 1800). 8 Kharubs (1/2 Piastre). KM-73, Cr-60. VF tonique. Une pièce de type rare ! $125

Numéro d'inventaire : 57406 [Pièces du monde]
Sahraouie, République Arabe Démocratique 1992. 1000 Pesetas/10 Ecu. Communauté européenne. Chevalier à cheval et roi/armes nationales. Tirage bas. KM-10. Preuve de gemme 49 $ $39

Numéro d'inventaire : 57388 [Pièces du monde]
Réunion. Département français d'outre-mer. 1896. 1 Franc. Type d'un an. Y-2, KM-5, Lec-46. EF tonique. $200

Numéro d'inventaire : 57249 [Pièces du monde]
Mozambique, colonie portugaise. 1945. 1 Escudo. Type d'un an, rare cette belle. Y-14, KM-74. Choix BU rouge & marron. $145

Numéro d'inventaire : 55353 [Pièces du monde]
Croisés. Chypre, Hugh I. 1205-1218. Bi denier (.53g). Croix, croissants et pastilles aux 1er et 4e quartiers, pastilles aux 2e et 3e/Passerelle à trois créneaux et porte. CCS-12. aVF, petite puce. Ancienne collection Paul Edis. $100

Numéro d'inventaire : 56635 [Pièces du monde]
Egypte, Abdul Aziz. 1277/10 (1870). 40 Par. Type de cuivre de 36 mm, avec rose à droite. Très rare. Y-4a, KM-249. F/VF. Frappé au Caire. Planchette brute rugueuse qui est typique de ces produits à la menthe du Caire. Pratiquement un type d'un an, car seulement 325 pièces au total de 2 autres années ont été frappées, mais aucune n'a circulé. $450

Numéro d'inventaire : 55110 [Pièces du monde]
Hongrie. Béla IV. 1235-1270. AR Denar (0,47 g). Buste de face, REX BELA/Aigle debout à gauche, tête tournée à droite avec les ailes ouvertes. R-246, Hus-313. VF.

Numéro d'inventaire : 57037 [Pièces du monde]
Maroc, Moulay al-Hassan I. AH-1310 Fès 1 Falus. Type court et rare anciennement répertorié comme 2 1/2 Mazunas par Yeoman & 1/4 Mouzouna par Lecompte. Haute qualité pour le type. Y-1, Lec-45. VF-EF, quelques entailles de jante. $250

Numéro d'inventaire : 57034 [Pièces du monde]
Maroc, Moulay al-Hassan I. AH-1310 Fès 1/2 Falus. Type court et rare anciennement répertorié comme Mazuna par Yeoman & 1/8 Mouzouna par Lecompte. Haute qualité pour le type. Y-B1, Lec-15 EF $350

Numéro d'inventaire : 56876 [Pièces du monde]
Kenya. Double erreur. 19-- (1978-91). 10¢ sur 5¢. Frappé en aluminium et non en laiton nickelé. Dé 10 Cent utilisé sur 5 Cent Flan. KM-18, Y-15 sur KM-17, Y-14. Gâche hors métal, en utilisant soit le mauvais moule, soit la mauvaise taille de flan. Rare en tant que tel $100

Numéro d'inventaire : 57603 [Pièces du monde]
Axumite. Anonyme. c. 400-470 après JC. 13 (.66g) . Buste couronné à droite, tenant un sceptre à pointe croisée (attributs Mitchner à Kaleb & successeurs)/« Que cela plaise au pays », croix grecque )avec incrustation d'or centrale) dans un cercle. MH-76, MACW-406ff. Dieu bien. $100

Numéro d'inventaire : 58198 [Pièces du monde]
Croisés. Jérusalem, Baudouin III. 1143-1163. Billon Denier (.86g . Cross Pattee balovinvs rex, langue centrale en B, X a des extrémités d'anneau/Tour de David, +Æ Les anneaux d'IERVSALEM sont au sommet des extrémités de tour. CCS-18, Metcalf Group 3. VF. $115

Numéro d'inventaire : 51798 [Pièces du monde]
Pays-Bas. Hollande, Philippe le Bel. 1499. Stuiver. Bouclier d'Autriche-Bourgogne/croix longue ornée en qutrefoil, mm au centre, date. Ex collection David Cervin avec son billet. Lev-III-271a, Fr-, GH-120-6. VG-F, faible par endroits, la date est claire. Une pièce d'avant 1500 abordable avec un beau pedigree. $90

Numéro d'inventaire : 56730 [Pièces du monde]
La France. Bourgogne, Hugh C.. 1305-1315. Denier d'argent (0,97 g). « DUX » sur bannière/Croix, avec trèfle (?) sous 2 angles. Boudeau-1214, SCMF-5785. Gd Fine, quelques zones plates ?. $60

Numéro d'inventaire : 56642 [Pièces du monde]
Egypte. Abdul Aziz. 1277/4 (1864). 5 Qirsh ou Piastres. Type d'un an sans fleur. Y-9, KM-253.1. VF+. $145

Numéro d'inventaire : 57617 [Pièces du monde]
Somaliland italien. Possession italienne en Afrique. 1910-R. 1/4 de roupie. 1ère année de type deux ans. Y-4, KM-4. Belle VF+ $100

Jetons

Numéro d'inventaire : 52333 [Jetons]
Nouvelle-Zélande. Christchurch, Alliance Tea Company. 1866. Jeton de Penny. Légende, Y de niveau Compagnie avec D de Nouvelle-Zélande. Légende de type 1. KM-Tn.1, A-7, Sk-13. VF. $150

Numéro d'inventaire : 56743 [Jetons]
Comores. Société Anonyme de la Grande Comore. ND (1915). Jeton en aluminium de 25 centimes. SOCIETE ANONYME DE LA GRANDE COMORE/BON DE REMBOURSABLE 25¢. Lec-21, Gad-4, KN-Tn-1. EF, une certaine porosité. Très rare, rarement offert $150

Numéro d'inventaire : 55489 [Jetons]
La Belgique. Bruxelles, Jacques Madoets.. 1680. Jeton Cuivre 32mm, 5.92g . Bouclier à crête des Madoets. Jacquest Madoets, le 50e Intendant du Canal./Roi et Reine en bateau, commémorant le mariage de Charles II et Louis-Marie d'Orléans.. Dug-4434, Mitch-2775, Feur-14328. VF/F. $100

Pièces d'or et médailles

Numéro d'inventaire : 54919 [Pièces d'or et médailles]
Israël. Banque d'Israël. 1964. Or 50 Lirot . Rare, faible tirage. Seulement environ 800 frappées. Fr-4a, KM-44a, Y40. Preuve de choix. Sélectionné à la main par des collectionneurs très pointilleux il y a de nombreuses années. $1,750

Numéro d'inventaire : 55041 [Pièces d'or et médailles]
Israël. Capharnaüm. 1985. Or 5 Sheqalim. Série Sites de Terre Sainte. 2 633 frappés. KM-154, Fr-25. Preuve. $459

Numéro d'inventaire : 55052 [Pièces d'or et médailles]
Israël. Colombe et cèdres. 1991. Or 1 & 5 Nouveau Sheqalim.Série sur la flore et la faune de Holyland. KM-342 & 222, Fr-38 & Fr-38a. Preuves de choix. $665

Numéro d'inventaire : 55058 [Pièces d'or et médailles]
Israël. Terre de Tourisme. 1993. Or 10 Nouveau Sheqalim. 45e anniversaire. 1, 994 frappé. KM-242, Fr-43. Preuve de choix. $950

Numéro d'inventaire : 55059 [Pièces d'or et médailles]
Israël. Hart et Appletree. 1993. Or 1 et 5 Nouveau Sheqalim. Ensemble 2 pièces, faible tirage, seulement 1679 frappés. Série Faune. KM244/246, Fr-45-46. Preuves de choix. $665

Numéro d'inventaire : 55063 [Pièces d'or et médailles]
ISRAËL. Reliure d'Isaac. 1994. Or 10 Nouveau Sheqalim. Basé sur la peinture d'Amsterdam de 1634 de Rembrandt. 1 209 frappés. KM-258, Fr-49. Preuve de choix. De la série populaire Arts bibliques. $1,075

Numéro d'inventaire : 55066 [Pièces d'or et médailles]
Israël. Renard et vignoble. 1995. Or 1 & 5 Nouveau Sheqalim. Série Faune. Seulement 837 frappées. KM-275, 277, Fr-58-59. Preuves de choix. $750

Numéro d'inventaire : 55062 [Pièces d'or et médailles]
Israël. Léopard et palmier. 1994. Or 1 & 5 Nouveau Sheqalim. Série Faune. 1 355 frappés. Fr-50-51, KM-260, 262. Preuves au choix. $665

Livres/Littérature

Numéro d'inventaire : mh-3 [Livres/Littérature]
Pièces de monnaie grecques antiques par G K. Jenkins. New York : G.P. Putnam's Sons, 1972. 310 pages, 20 planches en couleurs, 635 illustrations en noir et blanc, toile bleu foncé sur carton épais, jaquette. Comme neuf. L'édition originale de la "Série du monde de la numismatique" $60

Numéro d'inventaire : mh-3a [Livres/Littérature]
Pièces de monnaie grecques antiques par G K. Jenkins. New York : G.P. Putnam's Sons, 1972. 310 pages, 20 planches en couleurs, 635 illustrations en noir et blanc, toile bleu foncé sur carton épais, jaquette. Comme neuf. L'édition originale de la "Série du monde de la numismatique" $60

Numéro d'inventaire : mh-1 [Livres/Littérature]
Collecte de papier-monnaie confédéré : un guide complet et entièrement illustré de tous les types et variétés de billets confédérés par Pierre Fricke. Edité par Stephen Goldsmith. 2005, Première édition. New York : Smythe. 800 pages, presque toutes avec des illustrations et 12 planches en couleurs. Couverture rigide. comme neuf. $75

Numéro d'inventaire : mh-2 [Livres/Littérature]
Alexandre de Macédoine 356-323 av. J.-C. : une biographie historique de Peter Green. Presse de l'Université de Californie. Réimpression de 1991 de l'édition de 1970. 617 pages, 12 cartes et une nouvelle préface. Comme neuf avec une protection et une jaquette. Il s'agit de la première édition publiée aux États-Unis. Green décrit son Alexander comme « non seulement le commandant de campagne le plus brillant (et ambitieux) de l'histoire, mais aussi suprêmement indifférent à toutes ces excellences administratives et aspirations idéalistes que lui ont imposées les générations futures, en particulier ceux qui ont trouvé le conquérant, tout court, un peu dur sur leurs sensibilités libérales. $25

Numéro d'inventaire : mh-4 [Livres/Littérature]
Spectacle Divertissements du début de la Rome impériale par Richard C. Beacham. 1999 Yale University Press. 306 pages avec jaquette. Comme neuf. 28 illustrations en noir et blanc. Les présentations au théâtre, les combats de gladiateurs, les courses de chars dans le cirque, les chasses aux animaux, les processions triomphales et autres divertissements publics de la première Rome impériale ont servi d'expressions tangibles de l'idéologie et du pouvoir romains depuis la fondation de l'Empire jusqu'à Néron. $25

Numéro d'inventaire : mh-5 [Livres/Littérature]
L'histoire illustrée d'Oxford de la Grande-Bretagne romaine par Peter Salway. Relié 563 pages, neuf avec jaquette. 270+ illustrations n/b 34 en couleur plus 10 cartes. De nombreuses images de pièces de monnaie incluses ainsi que des discussions sur les pièces de monnaie pré-romaines et le déclin ultérieur de l'utilisation de la monnaie. $35

Numéro d'inventaire : mh-6 [Livres/Littérature]
Sylloge Nummorum Graecorum. Vol. v. Musée Ashmolean, Oxford. Partie iii. Macédoine. Londres : Oxford University Press pour la British Academy. 1976. Planches XLI-LXVIII 2195-3312. Comme neuf.

Numéro d'inventaire : mh-7 [Livres/Littérature]
Le premier papier-monnaie de l'Amérique par Eric P. Newman. 1990. Iola. 3e édition augmentée. Couverture rigide. Très bien/Aucun. 482 pages, illustrées en couleur et en n&b. Les cartons illustrés, pas de jaquette comme fait. Nouveau.. $50

Numéro d'inventaire : mh-10 [Livres/Littérature]
Les Douze Césars de Michael Grant. Les fils de Charles Scribner. 1975. Relié, 1ère édition. 282 pages avec jaquette. 4 cartes et 38 illustrations dont beaucoup sont des pièces de monnaie. Le professeur Grant était un auteur prolifique sur l'histoire romaine et utilisait presque toujours des pièces de monnaie pour l'aider à raconter l'histoire. Cela ne devrait pas être une surprise car il a reçu des prix à la fois de la Royal Numismatic Society (où il a été président) et de l'American Numismatic Society et a écrit un certain nombre de livres sur la numismatique. Presque comme neuf mais la jaquette montre une usure mineure et une petite déchirure et un coin est quelque peu émoussé. Une couverture en plastique protège désormais la jaquette et le livre $50

Numéro d'inventaire : mh-11 [Livres/Littérature]
D'Alexandre à Cléopâtre : le monde hellénistique de Michael Grant. Les fils de Charles Scribner. 1982. Couverture rigide de 319 pages, avec jaquette. Comme neuf. Avec 10 cartes et illustrations de nombreuses pièces de monnaie. 1ère édition. $30

Numéro d'inventaire : mh-12 [Livres/Littérature]
Monnaies et valeurs romaines. Par David Sear : Millenium Edition Volume III. L'accession de Maximus à la mort de Carinus AD 235-285, Spink London, 2005, 528 pages, illustré tout au long, évaluations, tissu, jaquette. Nouveau. $45

Numéro d'inventaire : mh-13 [Livres/Littérature]
The Louis E. Eliasberg, Sr. Collection, 20-22 mai 1996, catalogue de Bowers & Merena, 352 pages, 1348 lots, simili cuir bleu, ex-libris signé des directeurs d'entreprise et catalogueurs (Bowes, Merena, Bagg, Borckardt, Pollock, Plasencia ), tarifs réalisés liste en poche sur le panneau arrière. Comme neuf. L'édition cartonnée. La section de la collection proposant des motifs, du cuivre et de l'argent jusqu'à la coupure de 10 cents. Exemplaire numéroté #466. Deux choses à propos de ce catalogue me ressortent. La première est que je ne pense pas qu'aucune des pièces n'ait été dallée et que les frais de l'acheteur n'étaient "que" de 10 pour cent. Le point culminant de la vente aux enchères a été la vente d'un Liberty Head Nickel de 1913 pour 1 350 000 $ et avec le jus un total de 1 485 000 $. à Jay Parrino de Kansas City. $70

Numéro d'inventaire : mh-14 [Livres/Littérature]
Or grec : Bijoux du monde classique par Dyfri Williams et Jack Ogden. 1994 Harry Abrams. Publié en conjonction avec une exposition tenue au British Museum en 1994 et au Metropoloitan Museum of Art à New York en 1994 et 1995. Comme neuf, grand format relié avec jaquette. $60

Numéro d'inventaire : mh-15 [Livres/Littérature]
Medals of the United States Mint: The First Century 1792-1982 par R.W. Julian, édité par N. Neil Harris. 1977. Personnellement signé de Bob Julian à Neil Shafer. Couverture rigide de 424 pages. $125

Numéro d'inventaire : mh-16 [Livres/Littérature]
Sotheby's : The Nelson Bunker Hunt Collection, Importantes pièces de monnaie grecques et romaines. 21 et 22 juin 1990. New York. Catalogue de vente aux enchères de luxe à couverture rigide de 903 pièces anciennes. Quelques plis sur la jaquette, sinon comme neuf. C'était la première d'au moins 4 ventes de cette collection. $40

Numéro d'inventaire : mh-17 [Livres/Littérature]
Pièces d'or des États-Unis. An Illustrated History, par Q. David Bowers, 1984, 415 pages, bien illustré, in-quarto, simili cuir rouge. Comme neuf. L'histoire comme le montre la collection Eliasberg vendue anonymement en 1982. Il s'agit du 2e tirage de 1984 publié par Bowers et Merena successeur de Bowers et Ruddy. $30

Numéro d'inventaire : mh-18 [Livres/Littérature]
Mythologie romaine par Stewart Perowne. 1969 Groupe d'édition Hamlyn. 141 pages, richement illustrées Couverture rigide avec jaquette. Pratiquement comme neuf avec juste de légers graffitis au crayon sur la page de titre. $35

Numéro d'inventaire : mh-19 [Livres/Littérature]
L'argent des colonies américaines et de la Confédération : une corrélation numismatique, économique et historique par Philip L. Mossman. American Numismatic Society, 1992, 314 pages, in-4, toile rouge, jaquette. Nouveau. $50

Numéro d'inventaire : mh-20 [Livres/Littérature]
Le monde celtique de Barry Cunliffe. 1993, 294 pages Couverture rigide avec jaquette. Comme neuf mais pour une légère trace d'une bosse une extrémité inférieure de la reliure. Richement illustré en noir et blanc et en couleur. De nombreuses pièces sont incluses. $25

Numéro d'inventaire : mh-21 [Livres/Littérature]
Nouvelle Encyclopédie Larousse de la mythologie. Traduit par Aldington et Ames. Introduction par Robert Graves. Édition 1968 par Prometheus Press. Reliure de 500 pages avec jaquette. Comme neuf. $50

Numéro d'inventaire : mh-22 [Livres/Littérature]
Mythologie égyptienne par Veronica Ions. Édition 1968 140 pages, couverture rigide avec jaquette. Plus d'illustrations N&B, 24 images couleurs. Comme neuf. Groupe d'édition Paul Hamlyn, Royaume-Uni $50

Numéro d'inventaire : mh-23 [Livres/Littérature]
Encyclopédie complète de Walter Breen des pièces de monnaie américaines et coloniales par Walter Breen. New York : FCI/Doubleday, 1988. Jaquette originale en tissu noir. xiv, 754 pages. Bien illustré d'un bout à l'autre. Presque comme neuf. Peut-être la plus grande tentative unique de discuter de toutes les pièces de monnaie américaines, y compris les pièces de monnaie coloniales et privées, en un seul volume. Alors que certains se sont concentrés sur les erreurs occasionnelles du texte et les problèmes de production du volume, il serait difficile de nommer un autre ouvrage de référence qui comprend autant d'informations solides. À titre personnel, c'est le livre auquel je me réfère lorsque j'ai besoin de rechercher une pièce de monnaie américaine. $100

Numéro d'inventaire : mh-24 [Livres/Littérature]
La collection Nelson Bunker Hunt, pièces de monnaie grecques et romaines très importantes - Hunt Part II. Sotheby's, 1er décembre 1990. illustré de photos en noir et blanc en taille réelle au-dessus de leurs descriptions, avec des planches en couleurs éparses d'agrandissements partout. Toutes les pièces avec une description détaillée sur 1-2 pages. Monnaies romaines et grecques de choix en argent et en or. Vente très importante. Petit bleu dans le coin inférieur droit. $40

Numéro d'inventaire : mh-25 [Livres/Littérature]
Modèles d'or des États-Unis par David W. Akers. 1975, Western Publishing Co. 115 pages illustrées en couleur et en noir et blanc dans une couverture en cuir marron traité. Comme neuf. $40

Numéro d'inventaire : mh-26 [Livres/Littérature]
L'HISTOIRE DE LA MONNAIE DES ÉTATS-UNIS ILLUSTRÉE PAR LA COLLECTION GARRETT par Q. David Bowers. 1988, 5e impression. 572 pages, bien illustrées, simili cuir noir. Comme neuf. L'histoire de la monnaie américaine à travers la collection mise aux enchères par l'Université Johns Hopkins et qui a réalisé 25 millions. $35

Numéro d'inventaire : mh-27 [Livres/Littérature]
La monnaie au nom d'Alexandre le Grand et de Philippe Arrhidaeus par Martin Jessop Price. Publié conjointement par la Société suisse de numismatique et le British Museum, 1991. 2 volumes, 637 pages, 158 planches, toile rouge assortie, jaquettes, sous étui cartonné. Neuf sous film rétractable d'origine. La référence standard sur la monnaie au nom d'Alexandre le Grand. Epuisé et rare. $450

Numéro d'inventaire : mh-28 [Livres/Littérature]
Pièces impériales grecques et leurs valeurs : les pièces de monnaie locales de l'empire romain par David R. Sear. Spink, 1982, 636 pages, 1750 illustrations, toile noire, jaquette. Nouveau. Impression de 1991. Toujours le guide de volume unique le plus complet de ces merveilleux. Et abordable en plus. $40

Numéro d'inventaire : mh-30 [Livres/Littérature]
Le manuel des pièces de monnaie impériales romaines : un guide complet sur l'histoire, les types et les valeurs de la monnaie impériale romaine par David Van Meter. Un catalogue de tous les principaux types émis de 27 avant JC à 498 après JC. 1991 Laurion Numismatique. Quasiment neuf, couverture cartonnée, grand format. 334 pages, plus de 1 000 images et répertoriant 8 160 types de pièces, il s'agit du livre en un volume le plus complet sur les pièces romaines jamais publié. Quelques chocs sur la couverture mais probablement jamais utilisé. Un grand livre. $30

Numéro d'inventaire : mh-31 [Livres/Littérature]
1. Grecs anciens. 2. Romains antiques. 2 livres à couverture rigide dans les Oxford Profiles, Expanding the Classical Tradition Series par Rosalie F. et Charles F. Baker III. 1997 et 1998 à la fois Oxford Univ. Presse, New York. 254 et 267 pages par volume. Destiné aux jeunes lecteurs, c'est-à-dire aux adolescents. Comme neuf. $60

Numéro d'inventaire : mh-32 [Livres/Littérature]
The Money Makers International par W. Kranister. 326 pages, 1989 Black Bear Press. Couverture rigide avec jaquette noire. Une histoire internationale fascinante, magnifiquement produite et illustrée en couleurs des billets de banque. Les pays examinés spécifiquement sont l'Australie, l'Autriche, la Chine, l'Angleterre, l'Allemagne, l'Espagne, la Suède et les États-Unis. Les sections générales traitent de la production de billets de banque, des arts du dessin et de la gravure, des équipements techniques, de la falsification et de la contrefaçon. $35

Numéro d'inventaire : mh-33 [Livres/Littérature]
Les Romains antiques par Chester G. Starr. 1971 264 pages, couverture cartonnée. Université d'Oxford. Presse. Illustré en noir et blanc et en couleur dont certaines sont des pièces de monnaie. Un certain nombre de cartes sont également incluses. Le professeur Starr était professeur d'université à l'université de l'Illinois et à l'université du Michigan. Comme neuf, mais le livre a un léger "pli". $35

Numéro d'inventaire : mh-34 [Livres/Littérature]
La guerre d'Hannibal de John Peddie. En avant par le professeur Richard Holmes. 1997, 232 pages. Couverture rigide avec jaquette. John Peddie remet en question le rôle de l'éléphant de guerre, le choix de route d'Hannibal au-dessus des Alpes, réexamine le but de la campagne et suggère que le but de la campagne n'était pas tant la destruction de Rome que la reconquête de la Sicile. 1ère édition, comme neuve mais pour quelques usures sur la jaquette. $20

Numéro d'inventaire : mh-35 [Livres/Littérature]
Warfare in the Ancient World, édité et présenté par le général Sir John Hackett. Avec des illustrations de Peter Connolly. 1989 Relié avec jaquette, 256 pages, Facts on File, New York. Comme neuf. Warfare in the Ancient World offre un enregistrement complet, faisant autorité et accessible de la façon dont la guerre était menée dans l'Antiquité. La couverture s'étend à toutes les régions du monde antique et comprend des analyses période par période de toutes les facettes de la guerre, y compris l'organisation, les tactiques, les armures et les armes des armées. Épuisé. $35

Numéro d'inventaire : mh-36 [Livres/Littérature]
Revues de référence sur les pièces anciennes par Dennis J. Kroh. 1993, première édition cartonnée. Inscrit par l'auteur "Édition spéciale cartonnée. N° 7 sur 20 signé Dennis J. Kroh 41 janvier 1994" dans son écriture élégante et distinctive. 107 pages, grand format. Ce livre couvre des centaines de références de pièces de monnaie grecques, romaines et byzantines antiques, y compris celles qui sont utilisées comme références standard aujourd'hui. Celui-ci est encore utilisé comme LA référence standard de la littérature numismatique ! Je ne pense pas avoir jamais vu une édition hardbont signée. Comme neuf $100

Numéro d'inventaire : mh-37 [Livres/Littérature]
Le monde des Romains par Charles Freeman, rédacteurs consultatifs Dr JF Drinkwater et Dr Andrew Drummond. 1993 Oxford University Press New York. Couverture rigide grand format avec jaquette, 192 pages, de nombreuses illustrations vives (y compris des pièces de monnaie) et de très nombreuses cartes. Pratiquement comme neuf mais quelques manipulations visibles sur la jaquette. $20

Numéro d'inventaire : mh-38 [Livres/Littérature]
L'Encyclopédie Pingouin des Civilisations Classiques éditée par Arthur Cotterell.1993 Penguin Books. 290 pages, couverture rigide avec jaquette. Cette étude de l'époque qui a jeté les bases de l'Europe et de l'Asie modernes adopte une approche multiculturelle globale du monde antique en incluant les sociétés asiatiques, africaines et sud-asiatiques ainsi qu'Athènes et Rome. Comme neuf. $30

Numéro d'inventaire : mh-39 [Livres/Littérature]
Un Atlas : La Monnaie d'Alexandre le Grand par L. Müller suivi d'un Supplément contenant les monnaies de Philippe II, III et Lysimaque. Traduit par L. A. Naughton.1976 Attics Books réimpression des planches et des tableaux de l'original de Muller avec des résumés en anglais et des explications sur son utilisation. Couverture cartonnée, 49 planches avec dessins au trait, symboles, monogrammes etc. Épuisé et difficile à trouver. D'occasion, certaines usures sans défauts graves. Avant Price, il y avait Müller. $25

Numéro d'inventaire : mh-40 [Livres/Littérature]
Argent : une histoire éditée par Jonathan Williams. 1997 British Museum Couverture cartonnée 256 pages. 1ère édition publiée à l'occasion de l'exposition de janvier 1997 au British Museum. Parmi les auteurs des 9 chapitres figurent Andrew Burnett, Joe Cribbs et Ute Wartenberg. Une histoire faisant autorité sur quatre millénaires et à travers différentes cultures. Comprend de nombreuses cartes, illustrations et bien sûr des photos de pièces de monnaie. Preuve d'avoir été lu une fois mais très bel exemplaire. $20

Numéro d'inventaire : mh-41 [Livres/Littérature]
La collection Arthur S. Dewing de pièces grecques éditée par Leo Mildenburg et Sylvia Hurter. New York, 1985 ANS. Monnaies anciennes dans les collections nord-américaines n° 6. 2 volumes (1 de texte, 1 de planches), 194 pages, 142 planches, 5 index. Tissu orange avec étui assorti. Cet ouvrage en deux volumes répertorie 2970 pièces de monnaie de la collection Dewing de l'Université Harvard avec une excellente représentation des décadrachmes syracusains et d'autres monnaies italiennes. Une référence incontournable. Comme neuf. $75

Numéro d'inventaire : mh-43 [Livres/Littérature]
L'empereur et la monnaie : études julio-claudiennes par C.H.V. Sutherland. Spink London, 1976, 135 pages, 10 planches avec texte descriptif, toile rouge, jaquette. Proche du neuf mais pour les bosses au coin. $40

Numéro d'inventaire : mh-44 [Livres/Littérature]
Monnaie dans l'économie romaine : 300 av. à A. D. 700 par Kenneth W. Harl.1996 John Hopkins University Press, Baltimore. Fait partie de la série Société ancienne et histoire. Comme neuf, avec jaquette. 30 pages de planches contenant 267 images de pièces de monnaie. Comme Mike Markowitz l'a dit pour CoinWeek il y a 5 ans : « Le livre de Harl est un ouvrage savant destiné aux lecteurs universitaires. Il suppose une connaissance de base de l'histoire ancienne, mais c'est aussi une source accessible pour le type d'informations dont les collectionneurs de pièces romaines et apparentées ont besoin. de savoir, de comprendre exactement ce que nous collectionnons avec tant de passion." $50

Numéro d'inventaire : mh-46 [Livres/Littérature]
Walter Breen's Encyclopedia of United States Half Cents 1793-1857 par Walter Breen. 1993 Institut américain de recherche numismatique, South Gate. Couverture rigide, 501 pages, simili cuir avec lettrage doré face et dos. Bien illustré dont beaucoup sur de belles planches. Comme neuf. Une planche en couleur intitulée "Le maître à l'étude" conçue et conçue par le regretté Jack Collins vaut presque le prix du meilleur livre sur le sujet. $50

Numéro d'inventaire : mh-47 [Livres/Littérature]
Encyclopédie de Walter Breen des premiers cents des États-Unis 1793-1814 par Walter Breen. En collaboration avec Del Bland, édité par Mark R. Borckardt. 857 pages, 334 planches. Grand cartonné avec couverture bleue plastifiée. 2000 Bowers et Merena, Wolfboro NH. Comme neuf. $110

Numéro d'inventaire : mh-50 [Livres/Littérature]
États-Unis Patterns and Related Issues par Andrew W. Pollock III avec une préface par A. David Bowers. 1994 Relié, Galeries Bowers et Merena. 510 pages en similicuir bleu avec bordures dorées, lettrage face et dos. Comme neuf, première édition, $65

Numéro d'inventaire : mh-52 [Livres/Littérature]
Monnaies grecques archaïques et classiques par Colin M. Kraay. 1976 University of California Press, imprimé en Grande-Bretagne. Couverture rigide de 390 pages, 1110 photos de pièces sur 64 planches. Comme neuf $110

Numéro d'inventaire : mh-53 [Livres/Littérature]
Sotheby's : The Nelson Bunker Hunt Collection, Importantes pièces de monnaie grecques et romaines. 19 et 20 juin 1991. New York. Catalogue de vente aux enchères de luxe à couverture rigide de 1066 pièces anciennes.Quelques plis sur la jaquette, sinon comme neuf. C'était la quatrième des ventes de cette collection et peut-être la plus rare. $40

Numéro d'inventaire : mh-58 [Livres/Littérature]
La monnaie et l'histoire de l'Empire romain par David L. Vagi. Volume Un : Histoire (638 pages) et Volume Deux : Monnaie (656 pages). Couvrant plus de 550 ans. L'âge impérial : 82 à 27 av. J.-C. L'Empire romain 27 av. J.-C. à 480 A.D.. Amos Press. 1999. Comme de nouvelles couvertures rigides avec une reliure serrée et des pages propres. Jaquette presque neuve avec pratiquement aucune usure sur les bords et les coins des couvertures et du dos. Le volume 1 contient des informations sur les prix et des codes sur la 1ère page blanche. Rare première édition de cette publication primée $85

Numéro d'inventaire : mh-60 [Livres/Littérature]
Pièces de monnaie romaines et leurs valeurs - The Millennium Edition Volume One - La République et les douze Césars 280 BC - 96 AD par David R. Sear. Spink, Londres, 2000. Couverture rigide, titre doré au dos, jaquette. 532 pages. Abondamment illustré avec plus de 1200 illustrations. NOUVELLE copie $45

Numéro d'inventaire : mh-61 [Livres/Littérature]
Les empereurs romains : un guide biographique des dirigeants de la Rom impériale 31BC - AD476 par Michael Grant. 1985 Les fils de Charles Scribner. 1ère édition américaine. 367 pages avec jaquette. Professeur. Grant commence chaque section par une image de l'empereur à plusieurs reprises, telle qu'elle est représentée sur une pièce de monnaie. Comme neuf bien que l'intérieur de la jaquette présente de légers signes de vieillissement $35

Numéro d'inventaire : mh-62 [Livres/Littérature]
Pièces de monnaie romaines et leurs valeurs. Volume 2. L'accession de Nerva au renversement de la dynastie des Severan par David R. Sear. Spink, 2002, 696 pages, plus de 1500 illustrations, prix en livres et en dollars, tissu, jaquette. La dernière édition. Nouveau. Le deuxième volume de ce qui est maintenant un ensemble de cinq volumes. $45

Les erreurs

Numéro d'inventaire : 57382 [Erreurs]
Nigeria. République Fédérale. Erreur. 1973. 10 Kobo en plomb. Grève Off-Metal dans le plomb avec un bord de sécurité comme problème régulier. Un peu endommagé, probablement comme fait. KM PN-2ff. F-VF. Format 245 $125

Numéro d'inventaire : 56876 [Erreurs]
Kenya. Double erreur. 19-- (1978-91). 10¢ sur 5¢. Frappé en aluminium et non en laiton nickelé. Dé 10 Cent utilisé sur 5 Cent Flan. KM-18, Y-15 sur KM-17, Y-14. Gâche hors métal, en utilisant soit le mauvais moule, soit la mauvaise taille de flan. Rare en tant que tel $100

À propos de ce site

Depuis 1971, nous nous sommes spécialisés dans tous les aspects d'Israël, de la Palestine et du matériel numismatique juif (de l'ancien au moderne), et des pièces de monnaie anciennes, médiévales et modernes, du papier-monnaie, des jetons et des médailles du monde. Suite >


Empire inca

L'empire Inca était le plus grand et l'un des empires les plus prospères des Amériques. L'empire a commencé en 1438 et s'est terminé lorsqu'ils ont été conquis par les Espagnols. Même sans langue écrite formelle, les Incas ont réussi à construire un empire géant qui s'étendait sur une grande partie de la côte ouest de l'Amérique du Sud. Les Incas ont dû conquérir toutes sortes de terrains, souvent accidentés, et les rendre habitables. En plus de nous fasciner, découvrir des cultures aussi isolées peut nous donner une nouvelle perspective sur la vie.

Ce livre vous apprendra les origines des Incas et comment ils ont réussi à construire un pays aussi immense. Ce n'est que le début, cependant, et vous constaterez que toute l'histoire des Incas est fascinante et, comme c'est toujours le cas avec l'histoire, peut nous enseigner de nombreuses leçons précieuses.

Laissez Dinobibi vous guider à travers une découverte des Incas qui nous ont laissé non seulement des artefacts et des structures de leur civilisation, mais aussi de nombreux mystères et questions sur leurs origines et les choses qu'ils ont faites pendant que leur empire était fort.


Prêts romains

Nous connaissons ces détails des conséquences de la dette personnelle dans l'Égypte romaine car ils nous parviennent, ainsi que des milliers d'autres documents quotidiens, sous forme de papyrus, qui ont été collectés initialement par des aventuriers et archéologues victoriens. Mais il n'y a pas que les papyrus qui nous renseignent sur la pratique du prêt d'argent à ceux qui en ont besoin dans l'Empire romain. Les tablettes « Bloomberg » récemment déchiffrées, découvertes dans la City de Londres, montrent que les prêts faisaient partie de la vie quotidienne dans tout l'Empire. De Pompéi, nous avons des graffitis sur les murs des tavernes, qui montrent combien a été prêté et ce qui avait été promis par les prêteurs sur gages sur la sécurité des vêtements ou des petits objets personnels.

Les taux d'intérêt annuels sur ces prêts sur gages variaient entre 45 et 75 pour cent par an, remarquablement similaires aux taux exigés par les prêteurs sur gages aujourd'hui, mais nettement inférieurs aux taux exigés par certaines sociétés de prêt, qui peuvent dépasser 1 000 pour cent par an. .

Bien que le prêteur sur gages et certaines autres sources indiquent que ce sont des prêteurs professionnels et semi-professionnels qui ont fourni ces prêts relativement modestes, de nombreux prêts accordés dans l'Égypte romaine étaient « de pair à pair ». Certains d'entre eux étaient littéralement des prêts sur salaire, comme par exemple en 140 après J. avec intérêts une fois qu'il a reçu son salaire. Cependant, la plupart des prêts dans une société dominée par l'agriculture comme l'Égypte romaine étaient des prêts sur salaire, en ce sens que la dette serait remboursable après le « jour de paie » de la récolte.

L'Empire était très conscient des dangers des emprunts, qui étaient à taux d'intérêt élevés. Étant donné qu'éviter les troubles sociaux était un objectif clé du gouvernement provincial romain, l'État est intervenu pour tenter d'empêcher les pires excès des usuriers.

Premièrement, les taux d'intérêt en Égypte romaine étaient limités à 12 % par an sur les prêts en espèces, ce qui représentait une réduction par rapport au maximum de 24 % avant la conquête romaine, sous le précédent régime ptolémaïque. Les gens ne pensaient pas en pourcentages, cependant, mais en multiples et en fractions : ainsi, payer un pour 100 drachmes empruntés, pour chaque mois où vous avez eu le prêt, équivaut à un intérêt de 12 drachmes sur un prêt de 100 drachmes sur un an – soit 12 %. dans nos termes.

Cette tentative de limitation des taux a eu un certain succès, mais il existe de nombreux exemples de prêts à des taux d'intérêt plus élevés, bien qu'ils n'approchent jamais les taux des prêts sur salaire modernes, en particulier pour les petites sommes d'argent. Comme toujours, c'est le plus petit emprunteur qui a payé les taux les plus élevés. Cependant, il existait un moyen simple de contourner ces restrictions, en ce sens qu'il était probable que, dans certains cas, le montant réel payé à l'emprunteur soit inférieur à celui enregistré dans la documentation.

De plus, dans l'Egypte romaine, le total des intérêts payables ne pouvait jamais dépasser le capital emprunté. Cependant, ces contraintes légales auraient été édentées, à moins que l'État ne soit disposé à les faire respecter. Encore une fois, nous avons des preuves des papyrus. On voit ici une approche impartiale : les débiteurs défaillants pouvaient être emprisonnés, mais ceux qui estimaient avoir un grief contre un prêteur avaient le droit de faire appel aux autorités, comme lorsque Publius Marcius Crispus, un épistratège, l'un des administrateurs supérieurs en Egypte, a reçu cette pétition en ad 147 :

L'un de ces hommes est Ptolemaeus … imprudent dans sa conduite et violent, menant la vie d'un usurier et commettant tous les actes impies et interdits, en exigeant des intérêts au taux d'un statère par mine [un taux d'intérêt de 48 %] par mois en vertu du pouvoir qu'il a dans le nome, au mépris des décisions des préfets et des ordonnances des empereurs. en descendant dans les villages avec une bande et en commettant de très nombreux actes d'outrage. Vous constaterez aussi chez d'autres qu'il a obtenu huit fois le capital de quelqu'un d'autre en quelques années, bien qu'il soit interdit à quiconque d'exiger plus d'intérêts que la somme du capital sur toute la durée du prêt.

Le pétitionnaire, également appelé Ptolemaeus, demande que l'intérêt qu'il doit soit limité à 12 pour cent, conformément à la loi, mais nous ne savons pas s'il a réussi dans sa demande.

Alors, pouvons-nous apprendre quelque chose de l'expérience romaine ? Le point clé est peut-être que les taux d'intérêt en pourcentage n'ont pas besoin d'être compris pour qu'ils constituent des contraintes efficaces contre les pratiques usuraires. Les gens comprenaient ce qu'ils payaient en intérêts en termes monétaires absolus et pouvaient protester s'ils se sentaient maltraités. Peut-être pourrions-nous suivre des pratiques similaires pour rendre la réalité des taux d'intérêt élevés plus claire pour ceux qui ont besoin d'un prêt.

Paul Kelly est un doctorant financé par LAHP qui étudie la finance en Égypte romaine au King's College de Londres.


Voir la vidéo: Honorius et Stilicon - Empire Romain Tardif


Commentaires:

  1. Kigasar

    quelque chose brûle constamment

  2. Dac Kien

    Well done, your idea is brilliant

  3. Tanos

    Vous avez tort. Je peux le prouver. Écrivez-moi dans PM.



Écrire un message